Le virus en prison

Une foule de gens enfermés au même endroit avec un système immunitaire affaibli par manque d’exercice physique et de soleil: c’est le rêve du coronavirus pour se répandre à toute vitesse. Les prisons sont donc des lieux à haut risque. Les gouvernements ont le choix: confiner encore plus les prisonniers – mais en pesant sur leur santé mentale et en aggravant les risques de mutinerie – ou en libérer une partie.


Si des pays autoritaires semblent profiter de l’occasion pour resserrer l’étau sur leurs prisonniers politiques, d’autres ouvrent les portes. L’Iran aurait libéré temporairement 85’000 prisonniers, l’Indonésie 30’000. Plus proche de nous, la France, dont la surpopulation carcérale est proverbiale, a relâché plus de 6000 détenus. Les principaux concernés sont les trafiquants de drogue en fin de peine, le marché des stupéfiants étant à l’arrêt; sont exclus les terroristes, les criminels et les maris violents.
«C’est bien de libérer, mais il faut que le système social puisse prendre le relais, fait remarquer Florian Irminger, directeur de Penal Reform International, dans Le Temps. Au Texas, par exemple, la moitié des détenus bénéficie d’un suivi médical en prison. Ce serait sans doute pire pour leur santé s’ils se retrouvaient dehors.»
La Suisse ne privilégie pas les libérations, même à Champ-Dollon, prison la plus peuplée du pays. Visites et congés sont supprimés, la plupart des ateliers aussi. Pour compenser, le canton de Vaud autorise davantage d’appels téléphoniques et de réceptions de colis et l’envoi de lettres est gratuit. Les entrées, par contre, ont drastiquement baissé, tout comme le nombre de petits délits.
Dans une moindre mesure, le coronavirus peut aussi remplir les prisons. Deux individus ont été condamnés à plusieurs mois d’emprisonnement pour avoir toussé et craché sur des policiers en se prétendant positifs au Covid-19 à Londres et en Guyane française. Et au Turkménistan, le simple fait de prononcer le mot «coronavirus» peut vous envoyer derrière les barreaux.

Dernière modification lejeudi, 16 avril 2020 18:53
NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!