Athletissima: un entraîneur en or

Les deux sportives Lea Sprunger et Ajla Del Ponte bénéficient des conseils avisés de leur entraîneur. Les deux sportives Lea Sprunger et Ajla Del Ponte bénéficient des conseils avisés de leur entraîneur.

Si Ajla Del Ponte et Lea Sprunger ont obtenu des résultats exceptionnels dans les stades du monde entier, elles le doivent au même entraîneur, le Fribourgeois Laurent Meuwly. Un travailleur acharné, perfectionniste, sans concession. Portrait avant le meeting Athletissima de ce jeudi.

La Tessinoise Ajla Del Ponte (25 ans) s’est définitivement imposée comme l’une des stars du sprint international. Après sa fantastique 5e place sur 100 m aux JO de Tokyo, la discipline reine, elle a encore battu le record suisse voilà dix jours à La Chaux-de-Fonds en 10,90. Des résultats exceptionnels qu’elle doit, et elle le reconnaît, au travail qu’elle accomplit depuis sept ans avec son entraîneur, le Fribourgeois Laurent Meuwly (47 ans). «C’est la personne qui m’a amenée là où je suis aujourd’hui, nous glisse-t-elle. Je n’étais personne quand, lors des championnats suisses à Zoug, en 2015, je suis allée lui demander de pouvoir travailler avec lui. Séduit par mon approche très directe, il avait accepté. Et je sais que je vais continuer à m’améliorer à l’avenir grâce à lui.» De son côté, Laurent Meuwly ne cache pas sa satisfaction au sujet d’Ajla,mais il garde les pieds sur terre: «Ce qu’Ajla a fait aux JO est exceptionnel. Désormais, il faut qu’elle soit plus constante, plus régulière sous les 11 secondes. Je sais qu’elle est capable de répéter de telles performances. »

UN RELAIS 4x100 M AMBITIEUX

La Vaudoise Lea Sprunger (31 ans) fera ce jeudi ses adieux, lors de la rencontre d’Athletissima, après une magnifique carrière couronnée par son titre européen sur 400 m haies en 2018. Elle aussi travaille avec Laurent Meuwly depuis pas moins de quatorze ans. «Avec Lea, nous avons grandi, nous avons progressé ensemble. J’ai réussi à lui inculquer la culture de la haute performance. Elle reste d’ailleurs la seule Suissesse à avoir conquis un titre européen en plein air», relève-t-il.

27A EM34En 2010, Laurent Meuwly, avec l’appui de la fédération, avait lancé le projet sur dix ans d’un relais 4x100m féminin aux ambitions internationales. En 2019, les filles de l’équipe avaient éclaté de bonheur après leur 4e place aux Mondiaux de Doha sur les talons des Américaines. A Tokyo, récemment, on les a vues fondre en larmes, déçues du même résultat au pied du podium, car elles visaient une médaille, ce qui illustre leur changement de statut.

«Comme la plupart ont progressé sur le plan individuel depuis 2019, une médaille était effectivement dans leurs cordes, mais les passages de témoin ont été moins bons que d’habitude », explique Laurent Meuwly qui, s’il a quitté l’équipe en 2016 suite à un conflit avec Mujinga Kambundji, en reste le bâtisseur. «J’ai tourné la page sans amertume.» Si l’athlétisme féminin suisse a brillé autant sur la scène internationale ces dernières saisons, Laurent Meuwly y a pris une part prépondérante. Créateur et patron d’Athltetissima, Jacky Delapierre ne cache pas son admiration: «Laurent est un homme de terrain, méthodique, rigoureux, qui a de hautes exigences sans être autoritaire dans le mauvais sens du terme». Ex-relayeuse de l’équipe du 4x100 Ellen Sprunger, la soeur de Lea, abonde: «Sa grande force, c’est son intransigeance: il ne fait jamais les choses à moitié. Il est aussi exigeant avec lui-même qu’avec ses athlètes». Et Alja Del Ponte d’ajouter: «Précis, passionné, acharné au travail, Laurent a l’oeil sur tous les détails».

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


Depuis 2019, Laurent Mewly s’occupe des relais 4x100m et 4x400m hollandais masculin et féminin ainsi que d’autres athlètes de ce pays. Jamais un entraîneur suisse d’athlétisme n’avait, avant lui, été engagé par une grande fédération étrangère. Une forme de reconnaissance internationale. Il travaille à Arnhem, dans l’est des Pays-Bas, au centre olympique de Papendal, qui regroupe les meilleurs athlètes du pays, une sorte de Macolin en plus ambitieux. «C’est un outil fantastique, très pro, on travaille tous les jours avec des physios et des scientifiques qui analysent les performances et où toutes les forces sont regroupées au même endroit.

En Suisse, et c’est dommage, les athlètes ont encore trop tendance à rester dans leurs clubs, éparpillés dans le pays.» Cet hiver, aux Championnats d’Europe en salle de Torun, en Pologne, les athlètes hollandais de Meuwly ont raflé pas moins de cinq médailles dont quatre en or. Plutôt que de rester en Suisse, Lea Sprunger et Ajla Del Ponte ont choisi, depuis deux ans, de le rejoindre en Hollande malgré les nombreux déplacements que cela implique.

DYNAMIQUE DE GROUPE

«Je privilégie des athlètes talentueux mais qui, en difficulté, ont besoin de mes conseils.»Le Fribourgeois est de plus en plus sollicité par des athlètes étrangers. Dans son groupe, il compte une Polonaise, une Espagnole et une Finlandaise. «Je refuse pas mal de monde, sinon cela deviendrait ingérable, précise-t-il. Je sélectionne. Je ne tiens pas spécialement à travailler avec des médaillés potentiels. Non, je privilégie des athlètes talentueux mais qui, en difficulté, ont besoin de mes conseils.»

La clé de son succès? «Même si je suis toujours ouvert à la discussion, je ne m’écarte pas de ma ligne, je suis très strict. A ce niveau, les champions sont comme des F1: les réglages doivent être d’une grande finesse. J’essaie de de tous les succès les pousser hors de leurs zones de confort. Je coordonne, je fournis des aides ciblées, j’incite les athlètes à se développer comme personnes aussi. L’entraînement est une histoire qui s’écrit au quotidien. Et même si l’athlétisme est un sport individuel, je crois à la dynamique de groupe. Ici à Papendal, des liens très forts existent entre les athlètes, qui regardent tous dans la même direction.»

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Ancien décathlonien, Laurent Meuwly a commencé à entraîner très jeune. «A 18 ans, je m’occupais déjà des cadets du Club athlétique Fribourg. J’avais 24 ans quand j’ai amené mon premier athlète aux JO, à Sidney en 2000, Nicolas Baeriswyl, sur 4x400m. Aujourd’hui, quand je dis que j’entraîne depuis une trentaine d’années, les gens ont de la peine à y croire.» Etudiant en littérature à l’Université de Fribourg, il a vite renoncé aux études pour se consacrer entièrement à l’athlétisme. «J’ai passé mon diplôme d’entraîneur et un autre en management du sport. En Suisse, la plupart des entraîneurs d’athlétisme gardent leur travail à côté par sécurité. Moi, j’ai suivi une autre voie. J’ai beaucoup voyagé, j’ai multiplié les stages, j’ai fait mon propre apprentissage. Ce que j’ai entrepris n’a, je crois, pas d’équivalent dans l’athlétisme suisse. » Et que fait ce père de deux adolescents quand il n’entraîne pas? «Je me repose, car parfois j’en ai besoin», dit-il en riant.

Bertrand Monnard

Articles en relation


Le retour du Kosovo de Bernard Challandes

Récemment démis de ses fonctions, l’entraîneur neuchâtelois Bernard Challandes a vécu pourtant trois années très intenses avec l’équipe nationale du Kosovo. Il y a obtenu des résultats inespérés et est devenu le héros de tout un peuple. Il raconte.


Basket: où sont les Alémaniques?

Le championnat de basket, qui reprend le 9 octobre, manque de suspense, d’argent et d’écho médiatique. Contrairement au foot et au hockey qui brassent des millions, il est dominé par des Latins qui n’attendent qu’une chose: le réveil des Alémaniques.


Sport et spiritualité

Les Jeux paralympiques de Tokyo 2020, du 24 août au 5 septembre, sont l’occasion de revenir sur les valeurs sportives et spirituelles que sont le dépassement de soi, l’esprit d’équipe et la communion. Lorsque le sport n’est pas soumis à un mercantilisme déshumanisant.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo