MPC: l’homme providentiel

Stefan Blättler ne prendra finalement pas la tête de l’Institut suisse de police le 1er janvier 2022 mais, s’il est élu, celle du Ministère public de la Confédération. Stefan Blättler ne prendra finalement pas la tête de l’Institut suisse de police le 1er janvier 2022 mais, s’il est élu, celle du Ministère public de la Confédération.

Le Ministère public de la Confédération (MPC) tient son nouveau procureur général: l’actuel commandant de la Police cantonale bernoise Stefan Blättler. L’information n’est pas anodine compte tenu du temps qu’il a fallu à la Commission judiciaire (CJ) du Parlement pour trouver la bonne personne. Le poste est vacant depuis août 2020 et la démission, sur fond de crise, de son titulaire, Michael Lauber. La CJ ne voulait plus de lui à l’automne 2019, mais le Parlement l’avait reconduit dans ses fonctions. Malgré son attitude, des rencontres non protocolées avec le président de la FIFA sur laquelle le MPC enquêtait alors et une enquête disciplinaire qui devait par la suite aboutir à des sanctions. D’où sa démission, en pleine procédure de révocation.

Il doit «ramener en eaux calmes le Ministère public de la Confédération».Lui trouver un successeur n’est pas chose aisée. Les premiers candidats, dont le procureur général genevois Olivier Jornot, ne convainquent pas. Le poste est remis au concours; trois personnes sont entendues sans plus de succès. La Commission lance un nouvel appel en mai 2021. Et mi-août choisit parmi douze candidats Stefan Blättler. Qui doit encore être élu par les Chambres fédérales en septembre – une formalité en principe.

A La Liberté, le Nidwaldien de naissance explique avoir été encouragé à se présenter par son proche entourage professionnel convaincu, comme la CJ unanime, qu’il possède «toutes les qualités requises». Il est docteur en droit, à la tête des 2500 employés de la Police cantonale depuis quinze ans et chargé de cours à l’Université de Berne. En revanche, il n’a jamais été procureur: «Mais le procureur général de la Confédération se charge avant tout de la conduite des collaborateurs. Il coordonne, surveille, s’assure que les délais sont respectés, contrôle, donne des impulsions».

Il doit surtout «ramener en eaux calmes le Ministère public de la Confédération qui a beaucoup tangué ces derniers temps», écrit la NZZ. Le Parlement s’apprêtant à relever à 68 ans l’âge de la retraite pour le procureur général, Stefan Blättler aura six ans pour remplir sa mission à ce poste exposé. Tellement que, rappelle le quotidien alémanique, rares sont les procureurs généraux à être partis de manière naturelle.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo