Passage au DAB+

Les radios ont décidé en 2014 déjà de quitter la FM au plus tard en 2024, mais tous les auditeurs n’ont pas encore changé de poste. Les radios ont décidé en 2014 déjà de quitter la FM au plus tard en 2024, mais tous les auditeurs n’ont pas encore changé de poste.

Les radios suisses devraient bientôt cesser d’émettre sur la bande FM. Mais une célébrité alémanique fait de la résistance et le monde politique songe à s’immiscer dans un dossier qui semblait pourtant clos.

Le poste qui vous permet d’écouter la radio de votre cuisine ou de votre salon est-il un appareil DAB+? Et votre autoradio? Ces questions ont leur importance et en gagnent puisque, dans une année et quelques jours, il ne devrait plus être possible de capter la RTS sans cette technologie. Ni, dans la foulée, les radios privées.

ACTUALITÉ BRÛLANTE

14BAnnoncé il y a sept ans et déjà amorcé, ce changement paraît plutôt compris. La SSR ne fait état d’aucune réaction particulière d’auditeur à ce sujet. Pro Senectute Arc jurassien non plus: «Nous n’avons pas reçu de courrier nous demandant d’intervenir, indique son directeur, François Dubois. La numérisation des canaux de télévision avait suscité des difficultés, mais pas le DAB+». Et une seule question est parvenue à la Fédération romande des consommateurs (FRC). «Les gens ne sont pas encore conscients du changement à venir», pense plutôt Sophie Michaud Gigon, secrétaire générale. Le passage au «tout DAB+» fait pourtant parler de lui depuis peu. Une pétition de Roger Schawinski, patron de Radio 1 et ancienne vedette de SRF, a recueilli plus de 60’000 signatures pour le maintien de la FM. Et obtenu l’appui de Doris Leuthard, pourtant en charge du dossier lorsque le Conseil fédéral décida en 2017 l’abandon de la diffusion analogique.

DES ONDES ET DES SOUS

Les radios privées et publiques s’étaient alors entendues pour débrancher la FM soit en 2024, à l’expiration des concessions, soit fin août 2022 pour la SSR (dont la RTS) et janvier 2023 pour les stations privées. Le choix entre ces variantes doit se faire ce mois-ci. Mais la pétition et les réactions politiques qui l’ont suivie (ci-dessous) créent de l’incertitude.

A l’heure actuelle, les radios émettent grâce aux deux systèmes. Une situation intenable sur le long terme, assure Thierry Savary, directeur de RadioFr. (Fribourg et Freiburg): «On paie une location pour avoir un emplacement sur un bouquet sur le DAB+ et on paie pour la diffusion en FM». Or le soutien de la Confédération au DAB+ a diminué et n’est pas éternel. Et si la FM est maintenue, «on devra réinvestir dans les émetteurs et le matériel de transmission qui deviennent vétustes», ajoute le Fribourgeois.

Les enjeux sont multiples. Alors que le réseau FM est saturé, le passage au DAB+ permet d’accueillir de nouveaux acteurs. Les diffuseurs – qui, public et privés, se sont associés en Suisse romande pour détenir le bouquet sur lequel ils émettent – ne veulent pas se retrouver à la merci des opérateurs de télécommunication en ne diffusant que sur internet. Mais les radios suisses perdront de l’audience et une partie des revenus publicitaires qui y sont liés si, comme le craint Roger Schawinski, certains auditeurs préfèrent rester sur la FM où ils pourront encore écouter des stations étrangères.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


14ALa question est de savoir si le public suivra.La question est donc de savoir si le public suivra. L’expérience norvégienne le laisse penser, mais, soulève Sophie Michaud Gigon, également conseillère nationale écologiste, «il est ridicule de jeter des appareils fonctionnels. Il faudra d’ailleurs que les fabricants garantissent l’adaptabilité des appareils DAB+ en cas d’évolution de la technologie. Mais tous les consommateurs n’ont pas intégré la donne actuelle, d’autant qu’il reste possible d’acheter des appareils FM». Observation faite à Lausanne, la Fnac vend en effet des radios inadaptées au DAB+. Elle est la dernière grande enseigne à le faire, affirme Philippe Zahno, président des Radios régionales romandes. Qui reste optimiste, convaincu qu’avec une bonne campagne d’information, les auditeurs suivront leur station préférée sur le DAB+. Même s’il reconnaît que les choses sont plus compliquées avec les autoradios: leur remplacement a un coût et le parc automobile évolue lentement. Cela poussera-t-il le Parlement à intervenir? C’est en tout cas ce qui a conduit Doris Leuthard à soutenir la pétition de Roger Schawinski.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



 

Le DAB+, faits et chiffres

Le DAB+ (pour digital audio broadcasting) transmet le son par voie numérique et non analogique (comme la FM). Il évite la perte de qualité entre l’émetteur et le poste récepteur ainsi que les grésillements et changements de fréquences lors de déplacements en voiture. Il n’y a d’ailleurs plus de fréquences avec le DAB+, la recherche s’effectuant par le nom des stations. La couverture reste limitée à une région (la Suisse romande en constitue une): soit on capte très bien la radio soit on ne la capte pas. Selon des chiffres de l’Office fédéral de la communication (OFCOM), on trouvait en Suisse fin 2020 près de 5,5 millions d’appareils adaptés à la nouvelle technologie – il s’en est vendu un peu plus de 500’000 l’an dernier. Si presque tous les nouveaux véhicules en sont équipés, ce n’est cependant le cas que de 42% du parc automobile. Toujours selon l’OFCOM, le recours à la FM ne cesse de diminuer: de 51% en 2015, sa part est passée à 27% à l’automne 2020 contre 32% pour internet et 41% pour le DAB+

JeF

  

Inquiétudes politiques

Les parlementaires fédéraux s’étaient jusqu’ici peu souciés du passage au DAB+. Si un abandon de la FM en 2024 seulement ou en 2025 a été évoqué il y a quelques mois, ce n’est que depuis mai que le monde politique réagit. Avec des préoccupations diverses. Le sénateur Ruedi Noser (PLR, ZH) souhaite que la FM soit maintenue jusqu’à ce que 90% des auditeurs disposent d’un appareil de réception DAB+. Son collègue de parti au Conseil national Peter Schilliger (LU) craint, lui, pour la sécurité: tous les véhicules ne sont pas équipés et ne pourront donc pas recevoir les informations routières. L’écologiste Michael Töngi, lucernois lui aussi, remet en question le bilan énergétique et écologique de l’opération en raison notamment de la mise au rebut des appareils FM qui deviendront obsolètes d’un jour à l’autre. Président de la commission compétente du Conseil national, il devait évoquer le DAB+ avec ses membres les 9 et 10 août, même si cela ne figurait pas au programme de la séance. Quant au président du Centre, Gerhard Pfister (LU), il demande si le DAB+ est vraiment une technologie du futur – et si le Parlement a une réelle possibilité d’agir dans ce dossier. Le Conseil fédéral n’a pour l’instant répondu à aucune de ces interventions. 

JeF

  

Articles en relation


Aider ou pas les médias

Un référendum crucial pour la presse – et l’Echo Magazine – a abouti le 6 octobre. Il s’oppose au paquet de mesures voté par le Parlement en juin pour venir en aide aux médias, fragilisés par la pandémie.


Une perte essentielle

Je n’y crois pas: la RTS supprimera l’émission hebdomadaire Faut pas croire fin juin 2022. La nouvelle, annoncée le 8 septembre par les deux sociétés de production Cath-Info et Médias-pro, fait l’effet d’une bombe. Pour les prestataires des Eglises catholique et protestante, cette décision, «dans le contexte actuel de repli identitaire, de défis éthiques majeurs et d’interrogations sur les questions de sens», est «incompréhensible».


RTS: et le public?

TTC, c’est fini! ABE et Passe-moi les jumelles? Rabotées! Forcés d’économiser, les responsables de la RTS doivent-ils pour autant s’en prendre aux émissions populaires, de haute qualité, du service public?

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo