Sidéral? Sidérant

«Notre Père qui êtes aux Cieux/Restez-y/Et nous nous resterons sur la Terre/Qui est quelquefois si jolie»: Richard Branson et Jeff Bezos n’ont vraisemblablement jamais lu Jacques Prévert et, même s’ils l’avaient fait, il était trop tentant pour eux de mettre un pied dans le domaine longtemps réservé à Dieu.

Leurs vols aux limites de l’espace sont des sauts de puce, car les deux milliardaires et ceux qui les suivront sont loin de tutoyer les étoiles – comme celles du Seigneur, la Voie lactée reste impénétrable. Mais ce désir d’aller plus haut que nos sommets interroge. «A voir ton ciel, ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu fixas, qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui?», demande le psaume 8 qui ajoute: «Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu, le couronnant de gloire et d’honneur».

Ces hommes ne s’en satisfont pas; il leur faut atteindre les hauteurs de Dieu. Péché d’orgueil auquel le grand public et bien des passionnés répondent par l’indifférence, ne voyant dans ces périples que des péripéties. Caprice d’hommes qui prolongent dans le ciel les excès de la Terre.Caprices d’hommes qui prolongent dans le ciel les excès de la Terre: puisque tout a été vu, photographié, posté sur les réseaux sociaux – avec ou sans filtre –, il faut aller ailleurs. Calculs, aussi, d’hommes qui prolongent dans le ciel l’économie de marché: devenir astronaute est désormais à la portée du «premier venu». Les rois auto-sacrés de l’espace le démocratisent pour 250’000 dollars par personne. Une somme astronomique, un altruisme sidérant. Faisant commerce du ciel, Richard Branson et Jeff Bezos en font aussi un enfer. Avec d’autres d’ailleurs, Elon Musk en tête, qui a envoyé dans l’espace les premiers des milliers de satellites qui doivent propager l’internet à l’échelle planétaire, pourquoi pas galactique. Tout ce qui file dans le ciel n’est pas une étoile – on sait qu’il est inutile de faire un vœu lorsque le point brillant clignote – et, avec sa «constellation» d’appareils, le patron de SpaceX et de Tesla ajoute encore de la lumière à un ciel de moins en moins noir.

«Il est grand temps de rallumer les étoiles»: on rencontre souvent ces mots d’Apollinaire sur des trousses, des agendas et des coussins; il est surtout temps de cesser d’encombrer l’espace et de nous gâcher la vue du ciel à grand renfort de lampadaires et de néons publicitaires; et grand temps d’éteindre des ambitions qui ne servent à rien d’autre qu’à gonfler des orgueils et des portemonnaies. Ainsi, les étoiles dans le ciel, équivalent des fleurs sur la terre qui se raréfient aujourd’hui, demeureront l’objet d’étude et de méditation qu’elles étaient pour Mgr Myriel dans Les Misérables. On sait depuis Le Petit Prince que certains croient les posséder; il ne manquerait plus qu’ils parviennent à les vendre...

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Articles en relation


Les Alpes en train: le Glacier Express

Le Glacier Express qui relie Zermatt (VS) à Saint-Moritz (GR) est le train helvétique le plus célèbre au monde. Cascades, glaciers, sommets vertigineux: en huit heures, les voyageurs qui traversent l’Europe peuvent «voir la Suisse». Alémaniques et Romands s’y mettent aussi.


Le Gotthard Panorama Express

Depuis 2016, le Gotthard Panorama Express relie par bateau et train panoramique Lucerne à Lugano en quelques heures. Les Suisses alémaniques restent nombreux à être attirés par le Tessin pour le travail, une retraite ou des vacances ensoleillées.


Deux milliardaires et des milliards d’étoiles

Richard Branson le 11 juillet et Jeff Bezos neuf jours plus tard ont flirté durant quelques minutes avec les limites de l’espace, ouvrant la voie à un réel tourisme spatial. Qui ne semble pourtant pas attirer ceux qui ont des étoiles plein les yeux.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!