Eglise: ordination de deux frères

Valentin (à gauche) et Simon Roduit iront vers l’ordination «en tremblant». Valentin (à gauche) et Simon Roduit iront vers l’ordination «en tremblant».

Valentin et Simon Roduit, deux frères de 27 et 29 ans, vont être ordonnés ensemble le 27 juin à Saillon (VS) par Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion. Valentin va devenir prêtre diocésain, Simon chanoine du Grand-Saint- Bernard. Retour sur leur vocation.

Installés dans un salon du séminaire de Givisiez (FR), les deux frères témoignent. Valentin sera ordonné prêtre pour le diocèse de Sion; son frère aîné chez les chanoines du Grand-Saint-Bernard – il exercera son ministère comme vicaire dans le secteur de Martigny, dans la communauté du Saint-Bernard. Valentin sera vicaire pour les paroisses de Collombey-Muraz tout en poursuivant ses études de théologie. Ils seront ordonnés le même jour. Hasard du calendrier? «Nous avons discuté avec les autorités et nous sommes tombés d’accord assez vite sur cette ordination commune.» Même si tous les regards seront tournés vers eux, ils ne seront pas le centre de cette journée. Mais deux frères ordonnés en même temps – ainsi que Christian Thurre, qui sera ordonné diacre permanent – symbolisera une Eglise rassemblée. Valentin et Simon sont heureux à la perspective du sacerdoce – l’ordination n’étant que le début du chemin. «Je me réjouis, mais avec crainte. Ce n’est pas une charge, mais je suis conscient que c’est notamment le mystère de la célébration eucharistique et de la confession qui nous est donné. Je me réjouis de collaborer au projet du Bon Dieu, d’être son instrument», affirme Simon. Valentin en est sûr: ce sacerdoce sera beau même s’il sera difficile. «Mais en suivant le Christ, on reste dans la bonne direction.»

LA FOI REÇUE NATURELLEMENT

En apprenant leur choix, leurs parents ont été surpris. «Mais pas tant que ça. Jeunes, l’un et l’autre avaient songé un temps à une vocation religieuse. Ils ont compris notre choix de vie.» La foi était en effet été au centre de la vie familiale. Les parents évoquaient volontiers leur foi, qu’ils ont eu à coeur de transmettre à leurs enfants. «Rien d’extraordinaire: c’était vécu au quotidien et c’était beau», se souvient Simon. «J’ai reçu la foi comme j’ai appris à marcher: très naturellement», ajoute le cadet. Le quotidien familial est rythmé par la prière, le soir et lors des repas. La famille – ils ont deux soeurs aînées – va régulièrement à la messe. En dehors du foyer, il y a aussi les montées vers Pâques au Simplon, les camps voc’ et les vacances au Grand-Saint-Bernard. Si les deux frères sont servants de messe, chantent dans le choeur des jeunes, participent aux rencontres de Taizé et aux JMJ, il n’est pas encore question de vocation. «La foi était présente dans nos vies, mais nous n’étions pas des grenouilles de bénitier», précise Simon. Au collège de Saint-Maurice (VS), il opte pour le latin et le grec. «J’avais un intérêt pour les études, mais je n’avais pas de projet professionnel clair.» Valentin affiche un intérêt marqué pour les mathématiques et la physique. C’est toujours le cas lorsqu’arrive la fin du collège et que se pose la question de la formation, de l’armée et de la poursuite d’études supérieures.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


‘DÉCANTER’ LA FOI

La vocation se précise lorsqu’à 19 ans, il fait une retraite chez les dominicaines d’Estavayer-le-Lac (FR) pendant les vacances de Pâques. «J’ai été marqué par le contraste entre la joie de ces religieuses et le silence dans lequel elles vivent. Je me suis dit que si je choisissais de consacrer ma vie au Seigneur, il pourrait me rendre heureux.» Réformé, il ne fait pas l’armée. Il entend parler de l’Institut Philanthropos à Fribourg et décide d’y passer un an. «Cela a été pour moi l’occasion de ‘décanter’ la foi que j’avais reçue étant jeune, d’en prendre clairement conscience. J’ai eu envie de bâtir ma vie sur ce pilier.» Les bases sont là, mais cette année lui permet de faire un choix. Il choisit d’entrer au séminaire l’été suivant. Il est accepté en année de discernement. De son côté, Simon «n’a jamais vraiment eu l’idée de devenir prêtre». Il suit son chemin au milieu des DJP (déjeune qui prie) et du choeur des jeunes, auquel il reste fidèle. Il participe à ses premières Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) à 16 ans à Sydney et aux rencontres de Taizé. C’est en quatrième année du collège que lui vient l’idée de devenir prêtre. «Mais je me suis rendu compte que cela ne venait pas de moi. Je ne sais comment l’expliquer, car ce n’était pas naturel… donc j’en ai déduit que c’était surnaturel.»

LIBRE DE CHOISIR

Il en parle à son amie, avec qui il sort depuis un an. A sa surprise, la réponse fuse: «Si c’est ce qui te rendra heureux, il faut que tu le fasses». «Elle m’a laissé très libre et je me suis retrouvé face à moi-même. Toute la suite de mon discernement s’est déroulée dans une grande liberté.» «Mais sur le moment, j’ai retourné la question, réfléchi et suis arrivé à la conclusion que c’était une tentation du diable. En ce sens que cela tendait à vouloir me faire sortir du chemin sur lequel je pensais m’engager. » A vingt ans, il devient garde suisse: il donne deux ans de sa vie au Bon Dieu «un peu pour qu’il me laisse tranquille». Simon «redécouvre» sa foi à travers les catéchèses quotidiennes et les homélies du pape. Mais le Bon Dieu ne le laisse pas tranquille. La question de la vocation revenant, il entame un processus de discernement à partir des JMJ de Rio. En 2014, il effectue une retraite en silence à l’abbaye d’Hauterive, près de Fribourg. «Je suis tombé amoureux de la vie religieuse.» Il frappe à la porte du séminaire, «un gros pas difficile». Le Grand-Saint-Bernard s’impose «pour le style de vie de la congrégation. A vues humaines, ce n’était pas la communauté qui me semblait la plus reluisante. Mais j’ai vraiment senti que là, je pouvais me donner, me sanctifier et rencontrer le Christ en chacun».

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



DISCERNEMENT COMPLIQUÉ

Valentin n’est pas surpris par le choix de son frère, mais admet qu’il s’est trouvé un peu embarrassé. «Tout d’un coup, ça compliquait le discernement! Je me suis demandé si je me retrouvais à Givisiez juste parce que je suivais mon grand frère. Ce n’était pas le cas, bien sûr. Cela m’a renforcé dans ma réflexion.» «Nous nous retrouvions à quatre en année de discernement dont deux frères!, lance Simon. Cela m’a aussi poussé vers un discernement plus fort et plus clair pour voir ce que Dieu voulait pour moi.» La crise que traverse l’Eglise est rude. «Il y a moins de prêtres, moins de chrétiens, mais la tâche n’en est pas moins intéressante», indique Valentin. Simon ne voit pas une Eglise mourante. Tous deux vivent dans l’Eglise d’aujourd’hui et traceront leur chemin à partir de là.

cath.ch/Bernard Hallet

Articles en relation


Religion: ouvrir des horizons

Les vocations se raréfient, l’Eglise cherche sa place dans un monde critique, voire hostile. Supérieur du séminaire Saint Beat, à Lucerne, Agnell Rickenmann s’investit dans sa charge avec optimisme et confiance: cette crise peut être bénéfique.


Abus en Eglise: Comment tuer Jésus?

Chaque fois que l’Eglise passe un abus sous silence, elle rejoue le scénario de la Passion avec Jésus dans le rôle de la victime. Dans son ouvrage Comment tuer Jésus?, le théologien Philippe Lefebvre met des mots bibliques sur la crise des abus et leur mécanisme destructeur.


Eglise: accepter le changement

Quelle place et quel rôle pour l’Eglise dans la société actuelle? Quelle mission? Quel avenir? Ces questions forment la trame de Foi & religion dans une société moderne du cardinal Joseph De Kesel, archevêque de Malines-Bruxelles. Un livre réaliste, tonique et riche d’espérance.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo

 

 

voyage alpes home