Rien à voir, tout à croire

Pour la deuxième fois, nous nous apprêtons à vivre la semaine sainte et Pâques en temps de pandémie. Nous ne serons plus cloîtrés chez nous devant notre poste de radio ou de télévision, mais bien rassemblés même si ce sera en nombre limité – cinquante quelle que soit la grandeur de l’église – en raison des mesures sanitaires en vigueur.

Ainsi, malgré tout, nous célébrerons Pâques ensemble. Et la joie sera au rendez-vous, plus intérieure, car l’assemblée sera toujours privée de chant et nous devrons observer les gestes barrières pour le bien de tous.

Pâques est l’événement «le plus bouleversant de l’histoire humaine», dit le pape François, et celui sur lequel s’appuie notre foi. Car celle-ci, poursuit-il, est «fondée sur la mort et la résurrection du Christ exactement comme une maison est posée sur ses fondations: si celles-ci cèdent, toute la maison s’écroule ». Cet événement s’est produit en pleine nuit, comme Noël, soustrait au regard des hommes – rien à voir, tout à croire. Il y a bien eu quelques signes attestant qu’il avait eu lieu: la pierre du tombeau roulée, le linge replié dans un coin, l’absence du corps déposé là deux jours plus tôt. Des anges qui disaient qu’il est vivant et des femmes que les disciples n’ont pas crues... jusqu’à ce que Pierre et Jean soient allés constater par eux-mêmes que quelque chose s’était bien passé.

Quelque chose d’inouï qui affirme la victoire définitive de la vie et de l’amour sur la mort et le péché. Et nous ouvre la voie. Oui, Jésus a passé la mort et désormais nous le savons: au plus noir de nos nuits il y a toujours une trouée de lumière, au coeur de tous nos enfermements il y a toujours une brèche par où elle peut pénétrer pour écrire une histoire neuve tissée d’espérance.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


La Résurrection est tout à la fois une annonce et un envoi: «Allez dire!».«Nous sommes nés/Pour le printemps/Pour le matin », écrit le poète breton Jean Lavoué, «Nous sommes faits pour le large,/Le mystère,/ L’insoupçonné». Nous sommes faits pour la lumière, pour quitter nos ornières, avancer vers celui qui nous précède et nous accompagne. Car nous sommes tous, quelque part, des disciples d’Emmaüs, accablés, ralentis par nos doutes et nos tourments, «avec nos pas/de feuilles mortes», écrit Gilles Baudry dans Le dit de Cléophas d’Emmaüs. En quête de consolation et d’espérance. Traînant nos questions qu’aiguise la pandémie.

Mais, depuis le tombeau ouvert, une invincible espérance nous habite: nous vivrons, nous aussi, pour toujours, ressuscités. C’est cela, la bonne nouvelle de Pâques: nous aussi! La Résurrection est tout à la fois une annonce et un envoi: «Allez dire!». A la suite des femmes au tombeau, sur les pas des disciples d’Emmaüs, courons vers toutes les Galilée du monde, vers tous les carrefours géographiques, politiques, économiques, culturels, sociaux, pour dire que la vie a le dernier mot. Il est bon de le proclamer haut et fort en ce temps d’incertitude.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Articles en relation


Montées vers Pâques

Cette année, les célébrations pascales pourront avoir lieu bien que la participation à la liturgie demeure limitée à 50 fidèles. Pour s’y préparer, des montées vers Pâques sont organisées en Suisse romande.


Invitée de Pâques: la pasteure Rita Famos

Présidente de l’Eglise évangélique réformée de Suisse depuis le 1er janvier, Rita Famos est à l’écoute d’êtres humains en quête de Dieu. Et heureuse de leur annoncer ce message répété depuis deux millénaires: la mort n’a pas le dernier mot.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo

 

 

voyage alpes home