Une question à la foi: Puis-je recevoir l’extrême-onction?

La réponse est non. Mais l’onction des malades, oui! Et vous l’avez peut-être reçue il y a quelques jours à l’occasion de la Journée des malades.

En fait, le beau sacrement de l’onction des malades a été à nouveau revêtu de son sens fondamental grâce au concile Vatican II (1962-1965). Auparavant, on croyait cette onction réservée à la toute fin de vie. On ne l’administrait donc qu’une seule fois et on l’appelait «extrême onction ». Il en va encore ainsi dans bien des esprits... bien que cette vision des choses ait cessé d’exister depuis 55 ans!

Le droit canon stipule que ce beau sacrement, qui n’est donc pas nécessairement le dernier, peut être administré à tout fidèle qui se trouve en danger pour cause de vieillesse ou de maladie (physique ou psychique). Le texte rappelle aussi que ce sacrement peut être réitéré et administré même s’il existe un doute quant à la dangerosité de la maladie, quant à l’usage de la raison de celui qui le reçoit, voire un doute sur le fait que ce dernier soit encore en vie (canons 1004 et suivants).

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


La source de ce sacrement est biblique: c’est la lettre de saint Jacques (Jc 5,14-15) qui conseille aux malades d’appeler auprès d’eux ceux qui exercent la fonction de prêtre pour leur faire une onction protectrice. Cette onction, rappelons-le, a également pour effet le pardon des péchés. N’hésitons pas à redire cela autour de nous et à demander l’onction des malades si nous estimons en avoir besoin sans être pour autant à l’article de la mort.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Vincent Lafargue

Articles en relation


Tous ont voix au chapitre

Inauguré le 10 octobre, le synode sur la synodalité, une consultation qui s’étendra sur deux ans, veut donner la parole à tous les fidèles pour rendre l’Eglise plus accueillante et participative. Les diocèses romands ont démarré cette «marche ensemble».


L’Église et le féminin

Dans son dernier essai, L’Église et le féminin, la bibliste française Anne-Marie Pelletier revisite, avec une plume précise et offensive, quelques aspects de l’histoire de la relation de l’Église aux femmes. Pour dire le poids des préjugés et la difficulté persistante à penser le féminin.


Eglise: un rapport accablant

Moment historique que la remise, le 5 octobre à Paris, du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise (CIASE). Des chiffres alarmants et un diagnostic sévère qui disent l’ampleur d’un phénomène à caractère systémique et l’urgence de réformes en profondeur.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo