Les expositions de 2021

Ils ont fermé, rouvert, restent clos! Les musées annoncent un programme 2021 qui, s’il est susceptible d’être perturbé, ne devrait pas manquer de moments forts. Notre choix en Suisse et en Europe.

La Suisse d’abord! Le Kunstmuseum de Bâle annonce le programme le plus éclectique et le plus cohérent avec sa ligne: d’abord «notre » Sophie Taeuber-Arp, pionnière de l’abstraction hélas disparue des billets de 50 francs (mars –Aarau montrera pour sa part ses photos); ensuite Kara Walter, artiste afro-américaine en vue (juin); enfin Camille Pissaro, lien remarquable entre l’impressionnisme et le post-impressionnisme, ce qui nous amènera en septembre. La grande rétro sur Goya devrait finalement démarrer chez Beyeler en octobre; dire qu’elle est attendue est une lapalissade, mais d’ici là on verra la confrontation entre Rodin et Jan Arp, l’époux de Sophie. Dans la cité rhénane, notre collaboratrice Lucienne Peiry fera vivre des écrits d’art brut au Musée Tinguely à l’automne et le Cartoon museum proposera Posy Simmonds en été et Catherine Meurisse en hiver.

EXTENSION ZURICHOISE

27A EM02Plus à l’est, sur les rives de la Limmat, le romantisme helvétique et l’heureuse redécouverte de l’artiste suisse OttilieW. Roderstein sont pour l’instant en suspens; on vous en parlera dès la réouverture du Kunsthaus. Cette vénérable institution annonce pour le printemps les paysages de Gerhard Richter et un duel entre Klimt et Hodler (le Kunstmuseumde Lucerne traitera sa série iconique de bûcherons plus tard). Cela se passera juste après un mois d’avril portes ouvertes, avec moult activités destinées à inaugurer l’extension du musée zurichois due à David Chipperfield, un temps fort de 2021; la mise en service attendra l’automne.

A Berne, le Zentrum Paul Klee prolonge deux expos: sur Anne-Marie Schwarzenbach photographe et Paul Klee voyageur; patience donc. On guette en mai un accrochage sur Adolf Wölfli, artiste d’art brut incontournable, un Bernois par ailleurs. Au Kunstmuseum, retenons un intrigant dialogue entre l’art nord et sud-coréen (avril) et un regard sur la surréaliste suisse Meret Oppenheimen octobre. A Neuchâtel, le Centre Friedrich Dürrenmatt, fraîchement rénové, se penche toute l’année sur les cent ans du grand auteur de La Visite de la vieille dame: il y a de quoi! Lausanne attend novembre pour la remise des clefs du nouveau bâtiment du Musée de l’Elysée et du mudac, qui flanqueront le MCBA. Le nabi Maurice Denis ouvrira le programme 2021 du musée vaudois flambant neuf; Aloïse, autre artiste locale inévitable dans l’univers de l’art brut, le fermera. Sur les hauts de la capitale vaudoise, l’Hermitage propose l’impressionnante collection Bemberg dès que possible et une première romande sur le Lucernois Hans Emmenegger fin juin. A Vevey, la collection Pierre Decker devrait enluminer le Jenisch de gravures de Rembrandt et Dürer: en mars?

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


 

ROMANDIE-PARIS

En Valais, la Fondation Gianadda annonce Gustave Caillebotte pour juin, un événement impressionniste qui sied très bien à la saison chaude. Et à Genève? La Fondation Bodmer semble l’une des rares institutions suisses à célébrer Dante à l’occasion des 700 ans de la mort de l’auteur de la Divine Comédie (fin mai).

27B EM02Du bout du Léman à la France, il n’y a qu’un TGV, alors prenons le train! D’abord pour Grenoble où le musée des Beaux-Arts propose (dès sa réouverture) un accrochage de toute beauté sur Giorgio Morandi, l’ermite de Bologne aux natures mortes si spirituelles. Non loin de là, en mars, Lyon proposera les trois frères Flandrin, ce qui vaudra le déplacement. Au rayon blockbusters parisiens, la collection des Morozov (encore des frères) investira la Fondation Louis Vuitton avec ses Van Gogh et ses Matisse en février. Au printemps, démarrage de deux gros bicentenaires: le décès de Napoléon aux Invalides et à la Villette, l’indépendance de la Grèce au Louvre.

Avant d’aller en Italie, faisons une halte au MASI de Lugano avec le Lausannois Nicolas Patry (mai) et une rétro automnale fêtant Antonio Ciseri, un Tessinois du 19e siècle qui fit carrière à Florence.

DE MILAN À LONDRES

Ces expositions sont agendées sous réserve de confinement viral.Poussons maintenant jusqu’à Milan où le Palazzo Reale entend célébrer dès février, c’est-à-dire dès que possible, Le Signore dell’Arte des 15e -16e siècles, les Artemisia Gentileschi, Sofonisba Anguissola et Lavinia Fontana – dans le même genre, Fede Galizia sera à l’honneur au Castello del Buonconsiglio à Trente cet été. Cela promet! Tout comme le rococo de Tiepolo aux Gallerie d’Italie, face à la Scala (à nouveau dès la réouverture des musées).

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Malgré la pandémie, l’Italie prévoit beaucoup de choses dont Antonio Ligabue à Ferrare et surtout Dante, notamment à Ravenne, Vérone, Forlì et Florence, mais dans quelles conditions? En cas de pépin, tournons notre regard vers des destinations plus nordiques. D’abord Londres même si le troisième confinement anglais complique la donne: espérons les hommes noirs de Lynette Yiadom-Boakye à la Tate (jusqu’enmai) avantHogarth et l’Europe en novembre. Et pourquoi pas le faste de l’art gothique à la Gemäldegalerie de Berlin (mai)? Ou la première autrichienne sur Modigliani à l’Albertina de Vienne (septembre)? Ce n’est bien entendu qu’un aperçu!

 

Modernités helvétiques

A Paris, pour les Suisses, il sera impossible de rater Modernités suisses, une exposition déjà repoussée et dont le coup d’envoi est dorénavant fixé au 2 mars (jusqu’au 27 juin). Le Musée d’Orsay souhaite raconter la vitalité artistique helvétique de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle entre jeune Etat fédéral, avant-gardes et influences croisées françaises, allemandes et italiennes. a quoi ressemblera l’accrochage de 70 chefs-d’oeuvre peints par Cuno amiet, Giovanni et augusto Giacometti, Hodler, Biéler, vallotton et autres artistes d’avant 1914? On piétine d’impatience!

TK

 

Articles en relation


La collection Bemberg à l’Hermitage

L’Hermitage expose un panel de choix des chefs d’oeuvre de la Fondation Bemberg. Celle-ci fait le voyage de Toulouse à Lausanne avec un riche lot de toiles anciennes et surtout de peinture française de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle. Avec, en apothéose, de somptueux Bonnard!


La passion du théâtre

A la tête du Théâtre Saint-Gervais à Genève depuis plus de deux ans, Sandrine Kuster préfère mettre en avant les comédiens plutôt que sa fonction. Portrait d’une directrice à l’énergie débordante qui tient à favoriser la création et la pluridisciplinarité.


Art brut: des dessins et des mots

Ancienne directrice de la Collection de l’Art Brut de Lausanne, l’historienne de l’art Lucienne Peiry publie un ouvrage rassemblant les écrits de trente créateurs. La lettre et le dessin s’y conjuguent pour exprimer la solitude et la souffrance, le rêve et la résilience. Fascinant!

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



festival itinerances