La Chine aveugle

En 2008, avant les JO de Pékin, le sinologue français Jean-Luc Domenach écrit La Chine m’inquiète, une note discordante dans un choeur de louanges mondialisé. Le Nid d’oiseau est l’écrin flamboyant d’une Chine projetant sa puissance au 21e siècle. Un triomphe bien plus qu’olympique. Hu Jintao, l’homme fort de Pékin, ne ressemble plus à un apparatchik rescapé de la Révolution culturelle. Il a déjà réussi à faire oublier son prédécesseur Jiang Zemin.

Neuf ans plus tôt à Berne celui-ci, derrière ses lunettes sinistres, est rouge de colère contre les manifestants tibétains. On vit le 25 mars 1999. Le jour où la Suisse a failli «perdre un ami». Autant dire un autre siècle. Ruth Dreifuss est la présidente de la Confédération. Les démocraties reçoivent encore le dalaï-lama en grande pompe. Aujourd’hui, on l’aperçoit sortir des chancelleries par une porte dérobée. Et on préfère signer des tas d’accords avec la Chine. Depuis la visite d’Ueli Maurer l’an dernier à Pékin, la Suisse est raccordée au projet chinois des Nouvelles routes de la soie. Elle n’est pas la seule dans ce cas. 

Ce précipité historique pose un tas de questions. Le journaliste allemand Kai Strittmatter invite à nous en poser dans Dictature 2.0. Quand la Chine surveille son peuple (et demain le monde). Notre rapport avec l’Empire du Milieu ne peut plus faire l’économie d’une réflexion de fond, qui ne doit pas exclure sa culture fascinante, comme en témoigne une belle exposition à Zurich (p. 26-28 EM42). Sous Xi Jinping, «l’atelier du monde» redouble d’efforts dans sa marche en avant vers la plus haute marche du podium géopolitique. Il écrase Hong Kong, asphyxie le Xinjiang, apparie le divertissement consumériste effréné et le high-tech néo-totalitaire. C’est inouï? C’est hélas vrai. Il y a deux ans, un tweet du Quotidien du peuple, l’organe de presse du Parti communiste chinois, clamait que son «réseau céleste», son maillage de caméras de surveillance, était «en mesure d’identifier le 1,4 milliard de Chinois en l’espace d’une seconde». Demain, qu’en sera-t-il à l’échelle du monde? 

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


Ce n’est pas d’alarmisme, encore moins de xénophobie, dont nous avons besoin pour faire face au défi titanesque que représente la Chine. Mais de réalisme. Face à Pékin, la lucidité s’impose.De courage. De foi en nos valeurs démocratiques. Las, très peu d’Etats en font preuve. Exception notable: la diplomatie du Vatican reste imperturbablement clairvoyante. Elle sait ce qu’il en coûte d’être chrétien chez les petits-enfants de Mao. La papauté n’a pas oublié le jésuite Matteo Ricci et ses héritiers qui, depuis des siècles, étudient, aiment et comprennent la Chine. A contrario, le gros des décideurs actuels n’a pas de vision probante face à Pékin. La lucidité est certes pénible et peu évidente. Mais, en la matière, l’aveuglement ressort du péché.

Articles en relation


Ex-moniale bouddhiste mariée

Tenzin était moniale bouddhiste au Tibet. Aujourd’hui mariée et maman, la trentenaire vit à Yverdon. Son mari et elle ont fui séparément leur pays sous occupation chinoise et trouvé refuge en Suisse, où ils partagent le logement de Rosette Poletti.


Chine: Fini de sourire

Qui est le grand gagnant, provisoire, d’un an de pandémie? La Chine. Paradoxe titanesque: la crise planétaire de la Covid-19 accroît la puissance de Pékin. Son PIB est resté positif (+2,3%) en 2020 alors que l’économie mondiale tousse en craignant le pire. Cherchez l’erreur!


Politique internationale: Qui est le tueur?

Vladimir Poutine est-il un tueur? «Oui», a répondu Joe Biden à une journaliste. Avant lui, Hillary Clinton avait traité le président russe de nouvel Hitler. Pourquoi tant de haine?

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



festival itinerances