Rentrée aussi normale que possible

Tous les élèves romands ont désormais retrouvé les bancs d’école. Objectif des cantons: leur garantir une année scolaire aussi normale que possible.

TOUS EN CLASSE?

rentre1Cette fois ça y est. Après des mois d’enseignement à distance plus ou moins chaotiques, de présence alternée en demi-classes et d’examens annulés, tous les élèves romands, même ceux du post-obligatoire, sont de retour à l’école. C’est une bonne nouvelle, estime Anne Clerc-Georgy, formatrice à la Haute école pédagogique vaudoise (HEP), interrogée par la RTS: «On l’a observé: avec la distance, les écarts s’accroissent entre les élèves, notamment en raison de la différence des contextes familiaux. Par ailleurs, l’apprentissage est plus efficace au contact des autres grâce au rythme que permet le travail collectif. Même pour les élèves les plus avancés, qui bénéficient souvent des questions des élèves plus lents».

QUID DU MASQUE?

Les règles mises en place dans les différents cantons romands sont similaires. Al’école obligatoire, pas de masque pour les enfants: ils doivent pouvoir se comporter et se déplacer en classe, sur le chemin de l’école et dans la cour de récréation aussi normalement que possible. Pour les élèves du degré post-obligatoire (gymnasiens, collégiens, apprentis), les mesures sont beaucoup plus strictes : ils doivent porter un masque pendant les cours et même, pour beaucoup, tant qu’ils se trouvent dans le périmètre de l’école. «Les jeunes de plus de 15 ans sont considérés comme des adultes et donc davantage porteurs et vecteurs du coronavirus. Il est illusoire de croire qu’en classe, ils peuvent respecter les distances», commente le chef du Service de l’enseignement valaisan. De leur côté, les enseignants n’ont pas à porter le masque en classe pour autant que la distance d’1,5mètre soit respectée, mais ils doivent le mettre lors de leurs déplacements dans les couloirs ainsi qu’à la salle des maîtres. En général, les écoles fournissent gratuitement des masques aux élèves lors des premières semaines de cours. Ceux-ci seront à leur charge par la suite.

D’AUTRES MESURES?

Partout on continue à insister auprès des élèves sur le lavage des mains – celui-ci pouvant faire l’objet de contrôles, comme dans le Jura – ainsi que sur la distance sociale et les gestes barrières. Les cours de musique reprennent, à l’exception du chant, ainsi que les cours de sport. Ces derniers excluent toutefois les activités impliquant une trop grande proximité physique.

SINON, ON CONTINUE COMME AVANT?

Pas tout à fait. La crise du coronavirus a accéléré l’usage des technologies en milieu scolaire, même chez les plus réfractaires, et la plupart des cantons comptent conserver cette avancée – notamment, mais pas seulement, dans l’optique d’un nouvel épisode de confinement. En outre, la plupart des cantons ont annoncé avoir débloqué des budgets spéciaux pour soutenir les élèves qui ont pris du retard pendant le semi-confinement. La remise à niveau des connaissances demeure en effet le grand défi de cette rentrée presque comme les autres.

Articles en relation


Evolution des manuels scolaires

Réédité par Payot l’été dernier, Mon premier livre s’était vendu à des milliers d’exemplaires en quelques jours. A l’origine de ce succès éditorial romand? La nostalgie! Mais pas seulement, révèlent deux enseignantes vaudoises qui ont longuement étudié l’évolution des manuels scolaires.


Nostalgies scolaires

C’est l’histoire de dames et de messieurs (mais ici surtout de dames) qui se sont demandé comment apprendre à lire aux enfants. Comment les intéresser à la lecture, leur permettre de comprendre le principe qui relie les lettres aux sons, les faire progresser sans trop d’écueils.


Elle apprend aux enfants à se défendre seuls

Sortir du rôle de victime en apprenant à affronter son harceleur : telle est la doxa d’Emmanuelle Piquet. Cette psychopraticienne française a importé sa méthode en Suisse via le Centre Sésames.

Abonnez-vous à l'Epaper!


concours echo