Un bisou et une plante verte Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • Ce sont deux sparadraps pareils à celui dont ne peut se défaire le capitaine Haddock. L’AVS et les primes maladie sont des problèmes que l’on n’a jamais réglés et dont on n’est jamais débarrassé. Pas une année ne passe sans qu’ils ne nous préoccupent. Et voici qu’après la treizième rente au printemps, les coûts de la santé feront l’objet de deux votes populaires le 9 juin.

    Il convient d’être clair: aucune des deux initiatives ne résoudra les problèmes du système de santé. La gauche veut alléger le fardeau des ménages les moins fortunés en limitant à 10% la part du revenu disponible consacré aux primes maladie. L’initiative est louable pour les personnes concernées. Mais c’est, du point de vue du système, un emplâtre sur une jambe de bois. Rien n’est fait pour diminuer les coûts qui continueront d’augmenter et de peser chaque année un peu plus sur ceux qui n’atteignent pas ces 10%. La gauche croit-elle vraiment qu’en augmentant la part à charge de la collectivité, des solutions pour endiguer l’augmentation des coûts seront rapidement trouvées? Un bisou magique aurait plus d’effet: le financement décevant envisagé pour la treizième rente AVS montre bien qu’il n’y a rien de novateur à attendre.

    Un bisou magique aurait sans doute plus d’effet.

    Quant au texte du Centre, il aura dans la Constitution le même effet qu’une plante artificielle dans un salon. Il introduit un mécanisme permettant à la Confédération et aux cantons d’intervenir lorsque les coûts augmentent trop et que les acteurs de la santé ne parviennent pas à s’entendre pour agir d’eux-mêmes. Compte tenu de l’accueil que le Parlement a par le passé réservé à bien des mesures visant à faire baisser la facture, il y a peu à espérer.

    Devant son bulletin de vote, le citoyen a de quoi se sentir aussi désemparé et résigné que devant la facture mensuelle de sa caisse maladie. Un double oui pour envoyer un signal, pour faire entendre un mécontentement? C’est se confronter à l’un des drames de notre système de santé: ceux qui détiennent les moyens de le réformer sont frappés de surdité. Et tous les «Effata!» – «Ouvre-toi!» (Mc 7, 34) – n’y pourront rien: il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. 

    Articles en relation


    Comment soigner les coûts de la santé?

    Le 9 juin, les Suisses se prononceront sur deux initiatives cherchant à limiter la hausse des primes maladie. Des sparadraps insuffisants pour soigner un système de santé exsangue, selon deux experts. Ils en appellent à un questionnement éthique et sociétal de fond pour limiter les coûts.


    L’amitié à l’épreuve d’Alzheimer

    Si le tabou disparaît autour de la démence – dont Alzheimer est la forme la plus fréquente avec 153’000 cas en Suisse –, les interactions avec les malades peuvent mettre mal à l’aise ou effrayer. Avec le risque que ceux-ci soient délaissés. Or le maintien d’une vie sociale est essentiel.


    Cancer: mieux vivre avec la maladie

    Depuis plus de cinq ans, à Genève, la fondation Otium soutient des personnes atteintes d’un cancer pendant et après la maladie. A travers les thérapies reçues, les bénéficiaires cherchent à atténuer les effets secondaires des traitements. Et à rester positifs.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    La tombe de Steeve

    11-06-2024

    La tombe de Steeve

    Steeve est mort il y a vingt ans, et je ne retrouverais pas sa tombe au cimetière. Pourtant je m’en souviens bien, de sa tombe. Et de cette croix de...

    Kevin Lötscher: le bonheur au bout du chemin

    11-06-2024

    Kevin Lötscher: le bonheur au bout du chemin

    En 2011, tout lui sourit: engagé par le CP Berne, Kevin Lötscher dispute le championnat du monde avec l’équipe nationale. Mais un accident de voiture brise le rêve du hockeyeur...

    Genève: les Juifs, jadis malvenus

    11-06-2024

    Genève: les Juifs, jadis malvenus

    Au 15e siècle, la Ville de Genève avait réuni la population juive dans un quartier spécifique dont les portes étaient fermées la nuit. A la demande d’élus, une plaque le...

    Portrait de l’Echo: Jen-Baptiste de Weck

    11-06-2024

    Portrait de l’Echo: Jen-Baptiste de Weck

    Il est attaché au sanctuaire marial de Bourguillon, car la Vierge y protège les Fribourgeois, parmi lesquels sa famille occupe une place non négligeable. Mais Jean-Baptiste de Weck est aussi...

    La plante du mois: Le tilleul

    11-06-2024

    La plante du mois: Le tilleul

    Plante et vertus L’odeur des fleurs éveille nos sens, nous prépare aux vacances d’été. Les fleurs du tilleul s’ouvrent vers la mi-juin, attirant par leur parfum fort et doux les insectes...

    Expo: les fééries d’Alexander Calder

    12-06-2024

    Expo: les fééries d’Alexander Calder

    A Lugano, le Museo d’arte della Svizzera italiana (MASI) propose une exposition monographique de très bonne qualité sur Alexander Calder (1898-1976). Entre mobiles et stabiles, il y a là un...

    Le déroutant fondateurs des mormons

    12-06-2024

    Le déroutant fondateurs des mormons

    Qui était Joseph Smith (1805-1844)? Le fondateur de l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours (les mormons) a eu une vie romanesque qui laisse pantois. Le bédéaste américain Noah...

    Liban: kleptocratie et confessionnalisme

    12-06-2024

    Liban: kleptocratie et confessionnalisme

    Depuis 2019, le pays du cèdre affronte sa plus grave crise économique et financière. Le Liban est au plus bas et sa population est l’otage d’une véritable mafia des générateurs...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés