Les célébrations reprennent

Beaucoup de fidèles attendent la reprise des messes avec impatience. Beaucoup de fidèles attendent la reprise des messes avec impatience.

Les offices religieux reprendront en Suisse à partir du 28 mai, a décidé le Conseil fédéral. D’ici là, les communautés devront élaborer des plans de protection contre la Covid-19.

«Les communautés religieuses pourront reprendre leur vie communautaire et rassembler leurs fidèles», indique le Conseil fédéral. Dès le 28 mai, les offices et célébrations de toutes les confessions seront à nouveau autorisés. Les communautés religieuses auront eu une semaine pour préparer des plans de protection et garantir le traçage des chaînes de transmission.

«Il y a un besoin chez certaines personnes de pouvoir se recueillir, surtout dans la situation si spéciale que nous vivons. C’est pourquoi nous avons appréhendé les lieux de culte différemment des lieux touristiques ou des remontées mécaniques – qui rouvriront au plus tôt le 8 juin», a expliqué le conseiller fédéral Alain Berset. Initialement prévue le 8 juin, la reprise des offices religieux, suspendue en raison de la pandémie depuis le 13 mars, a été avancée de dix jours.

La Conférence des évêques suisses (CES) se réjouit de la nouvelle, mais cherche à connaître le détail des plans de protection et des conditions évoqués par le Conseil fédéral quant à la reprise des offices.

UNE INSISTANCE PAYANTE

Dans un courrier envoyé le 12 mai au Conseil fédéral, son président, Mgr Felix Gmür, avait demandé qu’à partir de la Pentecôte au plus tard, le 31 mai, les services religieux publics soient à nouveau possibles. Cela était envisageable puisque, argumentait l’évêque de Bâle, «les normes de protection correspondantes sont adaptées aux grands événements et sont opérationnelles; ces normes de distanciation et d’hygiène seront appliquées».

Le 19 mai, des représentants du Conseil suisse des religions avaient rencontré Alain Berset pour demander aux autorités qu’elles lèvent les mesures de fermeture des églises, des mosquées et des synagogues. Ils ont été entendus, au grand soulagement de leurs fidèles.

Ouf! Les croyants reprendront bientôt le chemin de l’église avec la joie de pouvoir communier à nouveau et de retrouver la communauté. Mais dans le respect des normes sanitaires.

MESURES STRICTES

Alors les paroisses s’activent: balais, gel hydroalcoolique, désinfection, balisage, listes de présence, églises remplies au tiers pour assurer la distance de sécurité. Sans doute les fidèles devront-ils réserver leur place et, en pénétrant dans l’église, décliner leur nom et leurs coordonnées pour faciliter le traçage des chaînes de transmission du virus. Tout sera mis en oeuvre pour permettre la reprise dans les meilleures conditions sanitaires et pour que les rassemblements ne soient pas de nouveaux foyers d’infection. Mais tout ne sera pas comme avant et les fidèles devront faire preuve de discipline. Dans leur plan cadre de protection pour la reprise des messes publiques publié le 27 avril, les évêques rappellent que les contraintes sont un geste de respect pour soi et pour les autres et que le plein rétablissement de la vie ecclésiale et religieuse n’est pas pour tout de suite.

cath.ch/GdSC

Articles en relation


Nouvelle rubrique: Echos de la Bible!

«La Bible dans une main, le journal dans l’autre », disait le pasteur et théologien bâlois Karl Barth. Et aujourd’hui, l’abbé Gabriel Ringlet n’a de cesse de faire se rencontrer actualité, Evangile et imaginaire. Ainsi, Bible et actualité sont soeurs, elles s’interpellent et se complètent: le message chrétien, vieux de deux mille ans, trouve écho dans ce qui tisse l’actualité, il l’interroge et lui donne sens dans une tension féconde.


Echos de la Bible: Donald Trump et l’Ecriture

Il ne s’agit pas ici de faire de la politique politicienne, mais d’interpeller quant à la récupération de la Bible au profit d’une idéologie biaisée. L’Ecriture sainte se voit en effet instrumentalisée par le président américain de manière fort partielle.


Des toutous à la messe ou au culte

Célébrations oecuméniques, messes ou cérémonies du souvenir. A l’approche de la Saint-François, protecteur des animaux, les bêtes sont mises à l’honneur. Auraient-elles une âme?

Abonnez-vous à l'Epaper!

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!