La lettre du capitaine Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • Trois brefs paragraphes et, au sommet, l’en-tête de la police – sans doute sa destinatrice a-t-elle été d’abord parcourue par ce petit frisson qui saisit l’honnête citoyen lorsque les autorités s’intéressent à lui. C’est un capitaine qui écrit à la jeune femme. Un certain jour d’automne, lui rappelle-t-il, «vous avez sollicité nos services pour une jeune fille aux idées funestes qui se trouvait du mauvais côté de la barrière» d’un pont et «vous aviez entamé une négociation» – façon policière d’évoquer un café proposé en vain et les paroles échangées.

    Après l’arrivée des forces de l’ordre, la jeune fille est «revenue du bon côté de la barrière», ajoute-t-il. Et «par ces quelques lignes, conclut le capitaine, nous tenons à vous remercier pour votre attitude citoyenne». Fin de l’histoire. Pour la jeune femme aussi. Inutile d’en parler dans un éditorial: «C’était normal. Je ne vois pas ce que tu veux écrire», s’étonne-t-elle.

    «Nous tenons à vous remercier pour votre attitude citoyenne.»

    Il est vrai qu’il aurait été possible de parler de toutes sortes d’autres choses – les sujets ne manquent pas. Et il y a de réels héros, souligne-t-elle pour sa part, comme ce guide descendu secourir un skieur dans le creux d’un glacier sans être formé pour cela. Cela est également vrai. Mais la lettre du capitaine a aussi son importance. Elle parle d’une main tendue. Et elle fait songer à beaucoup d’autres encore. Celle, par exemple, d’un jeune homme qui, au dernier kilomètre d’une course populaire, offre à un coureur en difficulté la bouteille d’eau qu’il venait, lui-même à la peine, de recevoir d’un samaritain.

    Combien de paroles, combien de gestes contribuent-ils chaque jour à rendre une vie un peu moins lourde à porter, voire la sauvent? Des milliers? Des millions. Conscients ou non, grands ou petits, ils font pencher la balance du bon côté. Et il nous arrive à tous de prononcer de telles paroles, de poser de tels gestes. Dans la discrétion, dans le secret, sans même nous en apercevoir. Parce que c’est «normal». Alors, puisque rares sont les courriers qui le soulignent, comme le capitaine, nous tenons à vous remercier, vous aussi, pour ces paroles et pour ces gestes.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    C’est joli, un merci

    27-02-2024

    C’est joli, un merci

    C’est joli, tout de même. Marco Odermatt s’est adjugé son troisième gros globe de cristal. Pour la troisième fois, il terminera – la saison n’est pas finie – en tête...

    Cancer: mieux vivre avec la maladie

    27-02-2024

    Cancer: mieux vivre avec la maladie

    Depuis plus de cinq ans, à Genève, la fondation Otium soutient des personnes atteintes d’un cancer pendant et après la maladie. A travers les thérapies reçues, les bénéficiaires cherchent à...

    User sa vieille voiture

    27-02-2024

    User sa vieille voiture

    Changer de véhicule, est-ce vraiment écologique? Pas forcément, selon l’Office fédéral de l’environnement et selon Lucien Willemin, un conférencier neuchâtelois qui dénonce un «gaspillage automobile» motivé par l’écologie. L’achat d’occasion...

    Des magazines Junior

    27-02-2024

    Des magazines Junior

    Si la consommation de l’information passe souvent par les écrans aujourd’hui, les enfants aiment encore tenir un fascicule entre leurs mains. De nouveaux magazines jeunesse sont apparus ces dernières années...

    L'animal du mois: Le loup

    27-02-2024

    L'animal du mois: Le loup

    Histoire Le loup. Me voilà parti contrôler quelques caméras, accompagné d’un ami, pour le suivi des loups. Durant notre parcours on réalise, grâce aux images capturées par l’un des pièges photos...

    Bernadette sur scène

    27-02-2024

    Bernadette sur scène

    En représentation le 17 février à Genève, le spectacle musical à succès (250’000 spectateurs à Paris) Bernadette de Lourdes met en scène avec finesse et émotion l’histoire de la jeune...

    TV: L’ultim Rumantsch

    27-02-2024

    TV: L’ultim Rumantsch

    En Suisse, on parle quatre langues: allemand, français, italien et romanche. Une fois n’est pas coutume, la RTS diffuse une série en romanche et en suisse allemand sous-titrée en français...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés