Prestations complémentaires Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Actualité
  • En Suisse, des personnes âgées désargentées ne demandent pas l’aide à laquelle elles ont droit. En Suisse, des personnes âgées désargentées ne demandent pas l’aide à laquelle elles ont droit.

    Pour la première fois, une étude d’ampleur nationale indique que 230’000 seniors précaires ayant droit à un soutien financier ne le réclament pas. Par méconnaissance de ces prestations complémentaires (PC) de l’AVS, mais aussi par honte ou par peur.

    Les PC?

    Sans les prestations complémentaires, nombre de retraités habitant en Suisse n’arriveraient pas à joindre les deux bouts. Elles offrent un soutien à tous ceux dont les rentes de l’AVS et de la prévoyance professionnelle ne permettent pas de vivre décemment. Il s’agit d’un droit pour lequel le citoyen a cotisé – pas d’une aide sociale – accordé à 12% des rentiers AVS. Pourtant, révèle une étude publiée le 3 avril par la Haute école zurichoise des sciences appliquées dans le cadre de l’Observatoire national de la vieillesse de Pro Senectute, ce chiffre doublerait si les «non-recourants», au nombre de 230’000, faisaient valoir leurs droits!

    Par méconnaissance?

    Une bonne partie des personnes identifiées par l’étude menée sous les auspices de Pro Senectute ne connaissaient pas l’existence de cette aide ou s’imaginaient ne pas y avoir droit. Il s’agit des retraités les moins formés ou de nationalité étrangère. D’autres y renoncent en raison des obstacles administratifs, de la longue liste de formulaires à remplir et des nombreux documents à fournir. Les personnes seules en particulier. A noter que les non-Européens doivent avoir habité en Suisse de manière ininterrompue durant dix ans pour y avoir droit – cinq ans pour les réfugiés et les apatrides.

    Par honte? Par peur?

    Pro Senectute a remarqué, lors des consultations qu’elle offre tout au long de l’année, que certaines personnes «ne veulent pas être stigmatisées en tant que bénéficiaires de PC». Difficile d’accepter, quand on a cotisé toute sa vie, que cela ne suffit pas pour vivre dignement. L’association qui depuis 106 ans contribue à améliorer la vie des personnes âgées signale aussi que des personnes «n’ayant pas la nationalité suisse craignent de perdre leur droit de séjour si elles touchent ces prestations». D’autres encore refusent d’être un fardeau pour l’Etat ou de dépendre de l’argent des «autres».

    Rejet de l’Etat?

    Les aînés qui refusent sciemment les prestations complémentaires ne sont pas les seuls à faire ce genre de choix. Spécialiste du non-recours aux assurances sociales, la chercheuse à la Haute école de travail social de Fribourg Frédérique Leresche rappelle en effet que certains citoyens renoncent aux aides, car ils rejettent «le contrôle de l’Etat et l’idée qu’il détient le pouvoir symbolique et institutionnel de décider ce qui est bon pour eux». Quelles solutions? Renforcer le lien entre les individus et l’Etat en simplifiant l’accès aux droits. «Certaines informations n’existent qu’en allemand, en français ou en italien. Il faudrait les traduire dans d’autres langues», estime Alexander Widmer, membre de la direction de Pro Senectute Suisse. Des améliorations qui, avec le vieillissement de la population et le renchérissement du coût de la vie, pourraient avoir d’importantes conséquences: si l’aide non réclamée était automatiquement versée aux seniors concernés, 100’000 personnes en Suisse sortiraient directement de la pauvreté, selon Selon Pro Senectute.

    Articles en relation


    Aux petits soins avec son père

    Sans les 600’000 proches aidants s’occupant d’un parent âgé, d’un enfant malade ou d’un proche accidenté, le système de santé suisse ne serait pas viable. Des collectifs réclament davantage de reconnaissance et de soutien, mais les partis y semblent peu sensibles à l’approche des élections.


    Le manque de petits-enfants

    De moins en moins de personnes en Suisse ont des enfants. Bien qu’il s’agisse souvent d’un choix, il fait parfois souffrir les seniors qui aimeraient avoir des petits-enfants mais n’ont pas leur mot à dire.


    Vacances avec des proches aidants

    Des personnes atteintes d’Alzheimer et leurs conjoints profitent de l’été à la Nouvelle Roseraie, au-dessus de Vevey (VD). L’association Alzheimer Genève y organise des séjours depuis 2006. Un temps pour se ressourcer afin de mieux retrouver un quotidien exigeant.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    Les questions du journaliste

    26-09-2023

    Les questions du journaliste

    Le train est un endroit formidable – du moins quand la rumeur des voyageurs n’est pas assommante – et assez représentatif du monde dans lequel nous vivons – y compris...

    Une rentrée aux couleurs fauves

    26-09-2023

    Une rentrée aux couleurs fauves

    Gianadda, à Martigny, et le Kunstmuseum, à Bâle, organisent chacun une exposition sur les fauves. Deux accrochages qui s’intéressent de près au mouvement flamboyant de Matisse, Derain, Vlaminck et compagnie...

    Mare Mortuum?

    26-09-2023

    Mare Mortuum?

    Dix jours après l’arrivée de 10’000 personnes sur l’île italienne de Lampedusa, dépassée, le pape s’est rendu à Marseille les 22 et 23 septembre. Une visite dédiée en priorité à...

    Aux petits soins avec son père

    26-09-2023

    Aux petits soins avec son père

    Sans les 600’000 proches aidants s’occupant d’un parent âgé, d’un enfant malade ou d’un proche accidenté, le système de santé suisse ne serait pas viable. Des collectifs réclament davantage de...

    Il faut sauver les enfants

    26-09-2023

    Il faut sauver les enfants

    Le troisième roman de Gouzel Iakhina traduit chez Noir sur Blanc est une réussite poignante. L’écrivaine russe imagine l’odyssée vraisemblable de 500 enfants très mal en point dans l’URSS de...

    Les 100 ans de la petite Thérèse

    26-09-2023

    Les 100 ans de la petite Thérèse

    C’est une petite dame aux yeux rieurs qui vit dans une maison pour personnes âgées en région parisienne. Elle a cent ans, est originaire de Lisieux et se fie à...

    Un diacre des périphéries

    26-09-2023

    Un diacre des périphéries

    Daniel Pittet, 64 ans, a été ordonné diacre permanent le 23 septembre à l’église Saint-Pierre à Fribourg par Mgr Ettore Balestrero, observateur permanent du Saint-Siège aux Nations unies à Genève...

    CES: des mesures immédiates

    26-09-2023

    CES: des mesures immédiates

    L’Eglise vit un «changement culturel profond», assure la Conférence des évêques suisses (CES) qui dit assumer «la responsabilité de ce qui s’est passé». Devant la colère des victimes et le...

    Une Drucker ministre

    26-09-2023

    Une Drucker ministre

    Léa Drucker, la nièce de Michel, est à l’affiche du grand et du petit écran avec le sulfureux film de Catherine Breillat L’été dernier et la satire politique Sous contrôle...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!





    Echo Magazine © Tous droits réservés