Christus et virus

A mon arrivée sur ma colline kasaïenne début mars, Célestin, un jeune que je soutiens dans son désir de faire de la sculpture, m’a apporté un Christ crucifié qu’il a fait durant mon séjour en Europe.

Magnifique, mais pour le moment désarticulé. Il a à peu près un mètre de haut, les bras très longs, détachés du corps auquel on pourra les joindre lorsqu’on fixera le Christ sur une croix d’un bois que je vois déjà très sombre.

Puis, ayant bien d’autres défis à relever, j’ai laissé le Christ sur une étagère dans ma chambre, près de la porte, les bras sur le côté. Sans vraiment m’en rendre compte, j’ai déposé aussi – sur le corps du Christ – une petite natte en raphia qu’on m’avait offerte à Kinshasa et que je ne savais où installer.

Un matin, après la messe, j’entre dans ma chambre et mon regard se fixe sur le Christ qui a l’allure d’un malade sur un lit d’hôpital, les bras inertes dépassant d’une couverture brune, le visage fragile penché du côté du mur...

Oui, j’y crois: le Christ est malade, couché dans nos hôpitaux, dans nos foyers médico-sociaux, seul à la maison, n’osant pas appeler son médecin de famille si occupé ces jours-ci. Jésus est avec nous, partageant le coronavirus, partageant toutes nos épidémies. Mais il guérira, son corps malade guérira par la puissance de Dieu, et nous avec.

Me revient cette phrase de Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face: «Courage, Jésus entend jusqu’au dernier écho de notre douleur».

Guy Luisier

Blog: www.regardobliquesur.blogspot.com

Articles en relation


Nouvelle rubrique: Echos de la Bible!

«La Bible dans une main, le journal dans l’autre », disait le pasteur et théologien bâlois Karl Barth. Et aujourd’hui, l’abbé Gabriel Ringlet n’a de cesse de faire se rencontrer actualité, Evangile et imaginaire. Ainsi, Bible et actualité sont soeurs, elles s’interpellent et se complètent: le message chrétien, vieux de deux mille ans, trouve écho dans ce qui tisse l’actualité, il l’interroge et lui donne sens dans une tension féconde.


Echos de la Bible: Donald Trump et l’Ecriture

Il ne s’agit pas ici de faire de la politique politicienne, mais d’interpeller quant à la récupération de la Bible au profit d’une idéologie biaisée. L’Ecriture sainte se voit en effet instrumentalisée par le président américain de manière fort partielle.


Des toutous à la messe ou au culte

Célébrations oecuméniques, messes ou cérémonies du souvenir. A l’approche de la Saint-François, protecteur des animaux, les bêtes sont mises à l’honneur. Auraient-elles une âme?

Abonnez-vous à l'Epaper!

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!