Adieu grand-père Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • Un proche aimant et aimé qui, soudain, n’est plus là. Ne pas avoir eu le temps de lui dire au revoir avant son décès. Ne pas l’avoir revu. Ne pas avoir pu aller à son enterrement, même. Une situation dont beaucoup ont souffert au plus fort de la crise de la Covid-19. J’ai vécu cela avec mon grand-père il y a vingt ans. Et j’ai toujours le sentiment qu’il m’a manqué une étape dans ce deuil.

    Oui, je peux aujourd’hui me recueillir sur sa tombe, spécialement le jour de la Toussaint, comme le fait depuis son enfance le sculpteur des croix du cimetière atypique de Bellegarde (FR) qui nous a ouvert les portes de son atelier. Mais il m’a manqué à ce moment-là un geste, un regard, une parole pour dire au revoir. Pour accepter pleinement de laisser partir l’être cher. Entre le décès et l’ensevelissement, l’espace est souvent là pour une telle étape. Que l’on soit croyant ou non, dans les derniers moments de la vie, les rituels sont une aide pour effectuer ce passage. Dans l’intimité de la famille ou entouré d’une communauté plus large, on fait appel à un prêtre ou à un pasteur pour effectuer un signe de croix, donner une bénédiction, encenser le cercueil du défunt. Voir son corps y reposer et prononcer un discours en son honneur durant une cérémonie: autant d’actes que l’on peut poser. Dans les traditions musulmane et juive, certains proches vont même jusqu’à laver le corps de leur défunt selon un rituel de purification. Une musulmane confie à l’Echo comment le fait d’accomplir ce geste pour sa mère défunte avait apaisé son chagrin.

    Selon plusieurs croyances, les rites doivent être respectés pour que l’esprit du défunt soit en paix. Mais le repos des vivants peut aussi s’en trouver troublé des années après le décès: c’est le cas d’une communauté congolaise qui réclame les ossements d’ancêtres exhumés et conservés à Genève où ils ont été examinés par des scientifiques (pages 18-19).

    «Accomplir ce geste pour sa mère défunte a apaisé son chagrin.»

    Il est essentiel de marquer la séparation, l’adieu. Adieu sur cette terre. En attendant de nous retrouver là-haut, si Dieu le veut. Ou sur l’autre rive, comme le dit ce poème de William Blake où le défunt, symbolisé par un voilier, disparaît à notre vue, mais continue d’exister ailleurs: «C’est ça la mort! / Il n’y a pas de morts. / Il y a des vivants sur les deux rives».

    Articles en relation


    Des croix uniques

    Le cimetière de Bellegarde (FR) est un musée à ciel ouvert. Depuis plus de cinquante ans, des crucifix en bois aux bas-reliefs sculptés racontent un pan de la vie des défunts. Rencontre avec un de leurs auteurs dans son atelier.


    Spécial Toussaint: Parler de la mort à son enfant

    Avec la Toussaint, la commémoration des défunts ou encore Halloween, le thème de la mort s’invite dans les foyers. Bien des parents se sentent démunis au moment d’aborder ce sujet, tabou dans notre société. En parler est pourtant essentiel.


    Spécial Toussaint: Dans l’intimité

    La crise sanitaire a imposé avec cruauté des funérailles en cercle on ne peut plus restreint, augmentant la douleur des familles. Avant la pandémie, les obsèques dans l’intimité avaient pourtant la cote. Et ne devraient pas la perdre.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    Le génie de Hugo

    24-01-2023

    Le génie de Hugo

    «Le ciel est gris et la pluie tombe,/Et les gouttes s’écrasent sur les toits./Le vent soue fort et les branches ploient.» La météo est une préoccupation réelle, on a pu...

    Ces livres qui méritent une escorte policière

    24-01-2023

    Ces livres qui méritent une escorte policière

    A la fois supports de lecture et œuvres d’art, pièces de musée et sources de connaissance, les premiers imprimés constituent un réel trésor pour les bibliothèques. Celle de Fribourg, qui...

    Une vie entre un Airbus et l’abbatiale

    24-01-2023

    Une vie entre un Airbus et l’abbatiale

    Aller de Genève à Nice, revenir, repartir pour Paris, rentrer et célébrer un culte à Payerne: cela arrive certains jeudis à Jean-Patrice Cornaz. Commandant de bord chez EasyJet, ce pasteur...

    Ils ont choisi de vivre au Camping

    24-01-2023

    Ils ont choisi de vivre au Camping

    Certains Romands ont choisi de troquer leur appartement contre un mobil-home. C’est le cas de la Vaudoise Vérène Bernet, qui vit depuis treize ans au camping Sedunum, dans les environs...

    Les expos du moment

    24-01-2023

    Les expos du moment

    2023 démarre sans plus d’arrière-pensées sanitaires. Adieu la pandémie: les programmations des musées sont d’ores et déjà établies! Tour d’horizon des propositions artistiques en Suisse et en Europe durant la...

    Semaine de l’Unité

    24-01-2023

    Semaine de l’Unité

    Si la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, du 18 au 25 janvier, favorise les célébrations communes de la Parole, sera-t-il vraiment possible d’atteindre un jour l’unité? Réponses de...

    A la mode Germanier

    24-01-2023

    A la mode Germanier

    La nouvelle émission Helvetica, présentée en alternance par Philippe Revaz et Elisabeth Logean, veut aller à la rencontre de l’humain et des personnalités suisses dont on parle. Pour sa première...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!





    Echo Magazine © Tous droits réservés