image003

Le visage de l’après

La pétition plaide pour «un redémarrage humaniste local et durable». La pétition plaide pour «un redémarrage humaniste local et durable». appeldu4mai.ch

Bonne nouvelle: l’économie suisse redémarre en douceur. Mais le but est-il de revenir le plus vite possible au monde d’avant? Ce n’est pas l’avis de l’Appel du 4 mai, un collectif qui a remis lundi une pétition aux parlementaires à Berne. Ces citoyennes et citoyens «libres de tout parti et de toute organisation, vivant en Suisse romande» ne veulent pas laisser la droite économique seule à la barre des débats sur la reprise.

«Depuis le début du semi-confinement, nos vies et nos habitudes ont drastiquement changé. Nous avons toutes et tous vécu des expériences hors de l’ordinaire remettant en question notre mode de vie et nos valeurs, parfois dans la douleur, mais également dans le bonheur d’un lien social renforcé et d’un contact renouvelé avec la nature», dit le texte qui, lundi à midi, avait déjà récolté 54’000 signatures.

Ce qui a changé? «Des parents ont rencontré leurs enfants, qu’ils voyaient d’habitude entre 18h et 19h le soir en rentrant du boulot; on a consommé local en allant faire ses courses chez le paysan du coin», a constaté Pierre Wazem, auteur de bande dessinée et signataire, sur La Première. Le Genevois n’a pas envie de revenir à «l’avant», à savoir «s’acheter une paire de baskets qui fait cinq fois le tour de la planète avant d’arriver dans notre petit carton; aller passer des weekends à Budapest pour boire des bières 90 centimes moins cher qu’ici». «Si redémarrer c’est avoir un aéroport avec un avion qui décolle toutes les cinq minutes, des agriculteurs, des caissières et des infirmières mal payés, si c’est consommer aujourd’hui, jeter demain, si c’est des villes remplies de voitures, eh bien, on dit non», renchérit la scénariste et auteure Julie Gilbert sur la même radio.

Le texte plaide donc pour une revalorisation des métiers qui se sont avérés essentiels pendant la crise, une aide aux petits indépendants, une reprise qui favorise les circuits courts et la production locale de nourriture et de médicaments et pour un conditionnement des aides aux entreprises à des objectifs de durabilité. Les prochaines semaines diront si les parlementaires prêteront l’oreille à cet appel.

Articles en relation


Ce qu’on ne sait pas

On ne sait pas précisément comment il se transmet. On ne sait pas exactement où ni comment il est apparu. On ne sait pas vraiment si les enfants peuvent en être porteurs. On n’a aucune idée du nombre de personnes infectées dans le monde. On pense savoir qu’il faut que 70% d’entre nous l’attrapent pour atteindre une immunité collective, mais on ne sait pas si, une fois qu’on l’a eu, on est vraiment immunisé, ni pour combien de temps. En gros, et c’est peut-être le mérite du coronavirus que de le rappeler, on réalise qu’on ne sait pas grand-chose.


Les musées suisses ont rouvert leurs portes

On peut désormais voir des expositions qui avaient à peine eu le temps de démarrer en mars. Certaines ont été annulées. D’autres sont heureusement prolongées. Tour d’horizon synthétique de la situation.


«Impossible de sauver la planète sans sauver son prochain»

Il y a cinq ans, François secouait la planète avec l’encyclique Laudato si’ sur l’écologie intégrale. Depuis, qu’est-ce qui a changé dans l’économie mondiale et le coeur des hommes, tous deux frappés par le coronavirus? Réponse de l’économiste Paul Dembinski, qui rappelle la dimension «avant tout sociale» de l’encyclique.

Newsletter Echo

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!