ecovoiturage-upper

news menu left
top news photography Roger Simon-Vermot: «Mon amour pour ma femme s’est démultiplié»

Un dimanche de février 2011, Roger Simon-Vermot se trouve complètement démuni suite à l’évanouissement de sa femme. Stupeur: c’est un AVC! Notre chroniqueur BD raconte les quatre premiers mois de cette épreuve dans un livre émouvant. Une leçon de courage et un message d’espoir. Au nom de l’amour. Pour en savoir plus...
Articles 2018 - Edito
Jeudi, 08 Novembre 2018 00:00
 

Edito: Ah les vaches!

patrice2Voter sur les cornes des vaches? Les Suisses sont les seuls au monde à se prononcer sur un sujet pareil. Mais c’est tout à leur honneur. Je suis convaincu que ce pays fonctionne parce que le citoyen peut défendre ce qui lui tient à cœur. C’est le cas d’Armin Capaul, ce paysan du Jura bernois qui a récolté 120’000 signatures quasiment tout seul!
On votera donc. C’est l’occasion, dit Capaul, «de donner une voix aux vaches et de pousser le peuple à réfléchir». Lui-même est convaincu que les cornes ne sont pas là par hasard, qu’elles servent à l’équilibre et au bien-être de l’animal. Et si des animaux se blessent avec leurs cornes, c’est parce que les paysans n’ont plus le temps de s’en occuper, parce qu’ils cèdent à la pression du rendement.
On voit l’enjeu: voter Capaul, c’est voter pour une agriculture idéale qui respecte la nature et refuse l’évolution vers une production industrielle. Mais les paysans n’ont-ils pas toujours voulu produire plus, eux qui ont sélectionné des vaches aux tétines hypertrophiées incapables de survivre dans la nature? Et un coup de corne peut faire très mal: est-ce vraiment un risque à courir?
Cette initiative fait sourire dans les pays voisins, mais elle s’inscrit dans un débat nécessaire sur le rapport de l’homme à la nature. C’est toute la chaîne alimentaire qui est devenue folle et qu’il faut remettre en question. Mais pas n’importe comment.


C'était sans compter sur les fanatiques, qui sont descendus dans les rues.


 J’aurais voulu pousser plus loin cette réflexion quand j’ai reçu la nouvelle concernant Asia Bibi, cette chrétienne pakistanaise condamnée à mort en 2010 après une dispute avec ses voisines musulmanes. Difficile de savoir ce qui s’est réellement passé entre ces femmes analphabètes (Asia Bibi aurait déclaré: «Jésus est mort pour sauver tous les hommes. Et votre Mahomet, qu’a-t-il fait pour vous?»).
Condamnée pour blasphème, elle a été libérée de toute charge par la Cour suprême du Pakistan le 31 octobre. Le monde a poussé un soupir de soulagement, tant le verdict précédent était absurde et inhumain.
Mais on avait oublié les fanatiques, qui sont descendus dans les rues et ont paralysé le pays. Jusqu’à faire plier le gouvernement: Asia Bibi reste en prison; son mari a demandé l’asile à l’étranger et son avocat a fui le pays.
Ah les vaches! Quand l’homme se laisse aller à ses instincts, il est pire qu’une bête. Il faudrait des Capaul dans tous les pays musulmans. Il faut surtout ne pas oublier Asia Bibi, toujours plus seule dans sa prison.

 

Cette semaine

2018-46-Sommaire 

 

Fin de vie et suicide

coucher1

 

coucher2

 

archives-2018

 

Tablette Amigo




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1211 Genève 7. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch