news menu left
top news photography Promettre la chasteté, et après?

«C’était facile au séminaire: on se lançait des vannes, on plaisantait sur le sujet. Mais on était portés par une ambiance de camaraderie. Ensuite, on se retrouve seul dans le ministère! La sexualité, c’est toute une vie. On ne peut pas dire à 22 ans: ‘Ça y est, je suis chaste’. Il faut un processus d’accompagnement», estime Maxime Morand, qui a quitté le sacerdoce après cinq ans pour se marier, en 1986. Il a travaillé par la suite dans les ressources humaines et regrette que l’Eglise n’ait pas, comme toute grande entreprise, une instance de régulation externe. Pour en savoir plus...
PDF Imprimer Envoyer
Articles 2020 - Edito
Jeudi, 13 Février 2020 00:00
 

Edito: Des portes fissurées

GenevièveAprès avoir été accusé par un confrère de harcèlement sexuel fin décembre, un prêtre du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg vient d’être dénoncé pour abus sexuels perpétrés sur un mineur de 17 ans – les faits remontent à une vingtaine d’années. Il a été écarté de son ministère la semaine dernière. Trois enquêtes sont en cours: une enquête de police, une enquête canonique et une enquête, précise l’évêché, «sur la non-transmission d’informations, le manque de discernement et la disparition de documents». Il revient à la justice d’éclaircir les faits.

Cette affaire éclabousse l’Eglise diocésaine puisque le prêtre accusé occupait un poste en vue. C’est la consternation parmi ses amis et nombre d’anciens collaborateurs: «Je n’arrive pas à comprendre. Il faisait un travail plus que positif et mettait beaucoup de vie dans notre Eglise. Je suis vraiment perturbée», «Les bras m’en tombent. C’était quelqu’un de très jovial et de très apprécié», relate la presse.
Etonnant? Non. Selon la théologienne Marie-Jo Thiel, auteure de L’Eglise catholique face aux abus sexuels sur mineurs (Bayard 2019), le livre de référence en langue française sur le sujet, un «noyau dur avec clivage de la personnalité, faille narcissique plus ou moins profonde, trouble des limites du Moi» expliquerait le passage à l’acte de l’abuseur. «Le côté ‘sain’ de sa personnalité cache son versant obscur, immature, et contribue grandement au processus d’occultation entretenu par l’entourage du sujet pédophile et par ceux qui ont autorité sur lui.»
.


Un système qui a détruit les victimes et protégé l’institution.


 

Occultation: voilà le noyau d’un système qui a détruit les victimes et protégé l’institution, laissant impunis nombre d’abuseurs. Il fallait avant tout éviter le scandale, et les mineurs abusés, croyait-on naïvement, s’en remettraient.
L’affaire qui secoue le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg l’illustre: pas de dossier, selon l’évêque, «dans le classeur rassemblant les éléments réunis par la Commission SOS prévention» et pas trace de la lettre écrite par le plaignant à l’évêque de l’époque. Mais un procès-verbal de la confrontation qui a eu lieu en 2001 à l’évêché entre le vicaire général, la victime et le prêtre incriminé. «L’affaire était close. Cette histoire a été réglée à la satisfaction des deux parties. Il ne s’est rien passé entre ce garçon et moi», a commenté ce dernier. Qui avait toutefois avoué, dans une lettre à la mère de la victime, un dérapage unique.
On connaît mieux aujourd’hui les mécanismes qui conduisent aux abus. Stimulés par le pape François, de nombreux diocèses mettent en place des procédures, avec l’aide de spécialistes, pour briser le système qui protège les abuseurs – le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg est l’un des plus en pointe dans ce domaine. C’est heureux!
Restons vigilants. Les portes les mieux fermées ont des fissures. Qui laissent passer les cris des victimes. De plus en plus stridents.

 

 

Mise à jour le Jeudi, 13 Février 2020 09:58
 

 90ans

Cette semaine

2020-09-sommaire 

 

articles-2020

 

 unpluspourtous




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1202 Genève. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch