news menu left
top news photography Promettre la chasteté, et après?

«C’était facile au séminaire: on se lançait des vannes, on plaisantait sur le sujet. Mais on était portés par une ambiance de camaraderie. Ensuite, on se retrouve seul dans le ministère! La sexualité, c’est toute une vie. On ne peut pas dire à 22 ans: ‘Ça y est, je suis chaste’. Il faut un processus d’accompagnement», estime Maxime Morand, qui a quitté le sacerdoce après cinq ans pour se marier, en 1986. Il a travaillé par la suite dans les ressources humaines et regrette que l’Eglise n’ait pas, comme toute grande entreprise, une instance de régulation externe. Pour en savoir plus...
Articles 2019 - A la deux
Mercredi, 23 Octobre 2019 00:00

Elections

Raz de marée vert de Genève à Saint-Gall

 

Au lendemain des élections fédérales du 20 octobre, la Suisse se réveille avec un visage politique plus écologique, féminin et rajeuni. Les manifestations des jeunes pour le climat et la grève des femmes se sont traduites dans les urnes au-delà de toute attente.

 

2019-43-08AVague verte?

En réalité, c’est un raz de marée fédéral. Nul canton n’est épargné. Point de Röstigraben. Même le Tessin n’est pas largué, lui qui voit la Lega reculer, sauve la peau du PDC et élit une Verte au prénom emblématique, Greta Gysin, qui renforce la gauche italophone.
Surtout de gauche, mais aussi de droite, les écologistes triomphent. En croissant de 6,4 points, les Verts pèsent 13,5% des voix et ont 28 sièges (+17) au Conseil national. Devenus le quatrième parti du pays devant
le PDC (11,4%), ils talonnent de 1,6% le PLR, qui a perdu plus de plumes que les démocrates-chrétiens. La composition du Conseil fédéral change-ra-t-elle? La question se pose d’ores et déjà. Quant aux Vert’libéraux, ils poussent de plus de 3 points et, avec 7,8% des suffrages, occupent 16 sièges (+9) sous la Coupole. En additionnant leurs scores, Verts et Vert’libéraux totalisent 21,3% des voix. Cela en fait la deuxième mouvance du pays derrière le conservatisme national-libéral de l’UDC qui se retrouve au quart des voix alors qu’il plafonnait à quasi 30% il y a quatre ans.

Victoire à gauche?

Surtout une poussée verte qui met à mal le bloc bourgeois sanctionné pour l’absence de réforme importante. Si le PS reste le deuxième parti de Suisse (16,8%), il subit une érosion de 4 sièges. L’extrême gauche regagne des couleurs à la faveur de la mobilisation de la rue: elle conquiert une place de plus à Berne et a deux représentants romands, la Genevoise Jocelyne Haller et le Neuchâtelois Denis de la Reussille.
Avec l’ampleur du succès écolo, la gauche fera rimer social avec environnemental. Un mariage lexical consommé. Un rapport de force se clarifie: les Verts ne peuvent plus être traités par le PS comme les porteurs d’eau soucieux du sort des abeilles. La gauche passera plus d’alliances avec le centre. En se maintenant, le PDC n’est pas seul à être le pivot des débats étant donné le renforcement des Vert’libéraux. Malgré le chant
du cygne du PBD de l’après-Eveline Widmer-Schlumpf.

Vaud?

Verts (4/+2) et Vert’libéraux (2/+1) doublent chacun leur représentation à la Chambre du peuple. On observe un vote écolo dans les campagnes, c’est nouveau. L’UDC perd un siège et le PDC le sien avec le pire score de son histoire (2,4%) et la chute de Claude Béglé, ténor romand emporté par ses propos sur la Corée du Nord. Le PS et le PLR, avec Jacqueline de Quattro au Conseil national, conservent leurs 5 sièges respectifs. L’UDC soutiendra-t-il Olivier Français dans la course aux Etats ou le ticket rose-vert Ada Marra-Adèle Thorens Goumaz sera-t-il réélu au deuxième tour?

Genève?

Ailleurs en Suisse, c’est la vague verte. Au bout du Léman, c’est un tsunami! Les Verts progressent de 13,1%: avec le quart des suffrages, ils deviennent le premier parti de Genève, dix points devant leur partenaire
socialiste. Avec une figure de proue, Lisa Mazzone, largement en tête pour les Etats avec son colistier rose rougissant Carlo Sommaruga. Effet collatéral: les Vert’libéraux, jusque-là
insignifiants, envoient leur premier député à Berne en la personne de Michel Matter. Le MCG quitte Berne: c’est la fin d’une époque pour le parti trublion du canton. Le PLR passe une mauvaise journée: il n’a pas su mobiliser son électorat du fait de l’affaire Maudet. Le PDC passe à la raclette, mais élit Vincent Maitre. Paritaire, la députation genevoise présente beaucoup de nouveaux visages. Un coup de sac rajeunissant.

Valais?

Christophe Clivaz est le premier Vert valaisan élu à Berne. La progression écolo ne s’est pas faite au détriment des socialistes, portés par Mathias Reynard, meilleur élu du canton. Le dimanche tout sourire de la gauche contraste avec la dégringolade du PDC (-5%), qui devra mobiliser s’il veut conserver ses deux sièges à la Chambre haute. Le Vieux Pays change... mais pas vraiment: aucune femme ne fait partie de la députation valaisanne. Cette exception place le Valais aux côtés des deux Appenzell, de Glaris, de Nidwald et d’Uri.


Fribourg?

Coup de tonnerre: Jean-François Rime, dinosaure de la politique fédérale, n’est pas réélu et met fin à sa carrière politique. Une surprise dans un canton où le statu quo était attendu. La marée verte n’a donc pas épargné Fribourg.
Comme en Valais, les écolos de gauche (mais pas ceux de droite) décrochent leur premier siège à Berne avec Gerhard Andrey. Pour la première fois, Fribourg est représenté par une majorité féminine (quatre sur sept). Aux Etats, le solide ticket PS-PDC Christian Levrat-Beat Vonlanthen devrait être reconduit.


Neuchâtel?

La sensation du jour: le canton élit deux Verts, l’un au National avec Fabien Fivaz, l’autre directement aux Etats – c’est Céline Vara! Les écolos, qui vivent la deuxième plus forte progression suisse (20,8%/+11,5) derrière Genève, passent devant des socialistes à la gueule de bois (16,6%/ -7,1). Le PLR se maintient, le POP aussi, mais mieux. Claque notable: l’UDC perd son siège et Yvan Perrin se retire; un signe de plus qu’une page se tourne pour une génération de blochériens romands.

Jura?

L’équilibre PS-PDC reste inchangé. Mais les socialistes, en envoyant à la Chambre haute Elisabeth Baume-Schneider, deviennent le premier parti (27%/+3%) devant les démocrates-chrétiens qui perdent près de 5% des voix (22,8%). Comme en Valais, la gauche progresse sans affaiblir les partis alliés. Les Verts deviennent le troisième parti cantonal avec un peu plus de 15% des voix. Les chrétiens-sociaux font un beau score, juste sous la barre des 10%, en gagnant 3 points. Dans le Jura bernois, le siège romand est perdu par l’UDC Manfred Bühler.

Suisse alémanique?

On l’a dit: pas de Röstigraben cette fois. Toutes les nuances de vert sont gagnantes. Et, malgré l’éclatante victoire dans les Grisons de Magdalena, fille de Christoph Blocher, l’UDC est la grande perdante. Des symboles alémaniques de ce cru fédéral 2019? A Zurich, les deux partis écolos dépassent le PLR. Et à Glaris, le Vert Mathias Zopfi est élu sénateur en lieu et place d’un cador blochérien, Werner Hösli.

Thibaut Kaeser

 

 90ans

Cette semaine

2020-09-sommaire 

 

articles-2020

 

 unpluspourtous




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1202 Genève. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch