news menu left
top news photography Les autres touristes: quelle plaie!

«Le drame, dans le tourisme, ce sont les autres touristes», sourit Yann Laville, codirecteur du Musée d’ethnographie de Neuchâtel (MEN). Et effectivement, on est toujours le touriste d’un autre, en témoigne la nouvelle exposition temporaire du musée. Intitulé Le mal du voyage, cet intrigant parcours surfe sur les ambiguïtés pour mieux prendre de la distance par rapport à nos rêves, itinéraires et pratiques touristiques. Un véritable voyage dans nos voyages. «Nous avons voulu réfléchir autour des imaginaires liés au tourisme et aux vacances, explique son collègue Grégoire Mayor. Comment on se confronte à ces imaginaires, comment on les reproduits et comment on souhaite, en même temps, s’en libérer.» Pour en savoir plus...
PDF Imprimer Envoyer
Articles 2019 - Edito
Mercredi, 20 Novembre 2019 00:00
 

Edito: Notre petite cuisine

Aude Pidoux_interieur

Concocter un magazine, c’est un peu comme cuisiner. Ça vient avec la pratique. Heureusement, dans le cas de l’Echo Magazine, on part sur une base existante. Comme lorsque, tout jeune adulte, on quitte la maison pour aller vivre au loin. Au départ, on s’appuie sur des tupperwares rapportés du nid familial et faciles à réchauffer. On complète avec des pâtes, des omelettes et des tartines les jours creux. Mais petit à petit, peut-être parce qu’on en a marre de trimbaler des tupperwares ou que les pizzas surgelées coûtent cher à la longue, on commence à tenter autre chose. Souvent, on ressort les bonnes vieilles recettes familiales: cuisiner de cette manière-là, ce n’est pas plus compliqué que monter une étagère IKEA: on visualise à quoi ça doit ressembler et on suit les instructions.
Ensuite, progressivement, on aiguise son esprit d’aventure : on modifie un peu la recette. On ajoute ou retranche un ingrédient. On découvre que ça fonctionne aussi et, parfois, que c’est meilleur. On essaie d’autres recettes – venues d’ailleurs, celles-là. On développe son goût propre. Puis finalement, sans qu’on s’en rende compte, à mesure que le temps passe on trouve son style. On est capable de cuisiner sans livre, d’inventer des recettes, de se débrouiller avec ce qu’il y a dans le frigo. On améliore les restes, on n’a plus peur de rater un plat, on parvient à imaginer le goût d’une recette en la lisant et même à savoir si les invités – et quels invités – vont aimer ou pas.


Mon prédécesseur m’a laissé de délicieux fonds de sauce.


 J’ai eu de la chance. Mon prédécesseur m’a laissé quelques tupperwares, des recettes qui marchent, l’un ou l’autre délicieux fond de sauce et surtout d’excellents cuisiniers. Petit à petit, nous modifions certains assaisonnements, employons de nouvelles épices, ajoutons des ingrédients et commençons même à proposer de nouveaux plats. Vous en aurez peut-être détecté quelques-uns ces dernières semaines, dont deux nouvelles rubriques, «Mondes sacrés» et «Le petit geste». La première, qui paraît une fois par mois, nous emmène à la découverte de la spiritualité des autres. Ce faisant, elle tend un miroir à nos propres questionnements et croyances. La seconde, publiée régulièrement, propose de petites activités qui favorisent un monde plus vert ou procurent, simplement, le plaisir de faire quelque chose avec ses mains.
Nous espérons que ces deux nouveaux plats vous plaisent et que nos assaisonnements, qu’ils soient piquants, acidulés ou simples, sont à votre goût. Nous mettons tout en œuvre pour vous servir, chaque semaine, un menu que nous souhaitons savoureux et original.

Mise à jour le Mercredi, 20 Novembre 2019 14:26
 

 90ans

Cette semaine

2020-08-sommaire 

 

articles-2020

 

 unpluspourtous




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1202 Genève. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch