ecovoiturage-upper

news menu left
top news photography La foi, bouclier de l'Europe, vraiment?

Politologue français, professeur à l’Institut universitaire européen de Florence, Olivier Roy est connu pour ses analyses sur l’islam. Il n’est pas insensible au fait religieux qu’il éclaire dans son dernier livre en s’interrogeant sur ce qu’il reste d’identité chrétienne en Europe. Entretien dans son bureau avec vue sur les collines toscanes. Pour en savoir plus...
PDF Imprimer Envoyer
Articles 2019 - Edito
Mercredi, 05 Juin 2019 00:00
 

Edito: Allez, zou, on y va

patrice1La photo illustrant cet édito le dit: une nouvelle aventure commence. Après bientôt dix ans à l’Echo Magazine, l’actuel rédacteur en chef cède sa place à des forces plus jeunes. Encore mieux, à une femme. Notre manière de favoriser l’égalité et de dire notre confiance en l’avenir.
Ces dix ans ont passé très vite. Je vous épargnerai l’album de souvenirs qu’on feuillette distraitement. Ce que j’en retiens, c’est l’étonnante créativité de l’histoire: en 2009, qui aurait imaginé un Donald Trump, les affres du Brexit, l’omniprésence des objets connectés ou l’élection d’un pape tel que François?
Certes, les tendances lourdes sont toujours là, qu’il s’agisse du vieillissement de l’Europe, de la pression migratoire de l’Afrique, des soubresauts sanglants du monde arabe ou de l’affirmation de la Chine. Il y a eu aussi l’explosion de Fukushima et la fonte des glaciers. Mais le futur n’est pas écrit d’avance, il sera le fruit de notre liberté. Pour le meilleur et pour le pire.
Dire cela, c’est s’interroger sur les lieux où se forge cette liberté. Sur les ressources dont disposent les parents, l’école, la société en général pour former les jeunes qui vont se jeter dans la mêlée. Que voulons-nous transmettre, quels sont nos points d’ancrage dans la «société liquide» chère à Zygmunt Bauman?
Evoquer tout cela, c’est passer en revue les interrogations, les grandes interviews, les rencontres qui ont jalonné ces dix années à l’Echo. Les joies aussi. Mais j’aimerais conclure sur trois mots: pardon, merci, courage. Pardon à ceux que j’ai déçus ou blessés. Pardon à celles et à ceux qui m’ont écrit et à qui je n’ai pas répondu, par distraction ou par manque de temps justement quand je voulais leur répondre longuement.


Courage enfin parce que l'Echo de demain est à inventer.


Merci à toute l’équipe de l’Echo: si ce journal n’a pas coulé comme d’autres, hélas, c’est d’abord parce que vous, lecteurs, l’avez soutenu, mais aussi parce que l’équipage a fait, semaine après semaine, des efforts considérables pour le maintenir à flot.
Courage enfin parce que l’Echo de demain est à inventer. Georges Cottier, dominicain devenu un ami, me disait qu’il faut avoir «le courage de penser»: quand le troupeau bêle à l’unisson, il faut parfois ramer à contre-courant pour proposer ce qui nous paraît essentiel.
Dans cette bataille, heureusement, on n’est pas seuls. Pendant ces années, j’ai fait l’expérience – racontée plus d’une fois – qu’un Autre, mystérieusement, nous invite à regarder plus loin et plus haut. Pour découvrir que nous sommes faits pour la beauté.
Allez, zou, on y va et bon vent à tous!.

Mise à jour le Mercredi, 05 Juin 2019 14:12
 

La Pelouse

 la pelouse

Cette semaine

2019-24-sommaire 

 

archives-2019

 

 unpluspourtous




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1202 Genève. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch