ecovoiturage-upper

news menu left
top news photography Saint-Ursanne: les employés de l’hôtel sont «extra-ordinaires»

L’hôtel Demi-Lune, à Saint-Ursanne, emploie depuis avril des jeunes qui ont un handicap mental. Une histoire née de la conviction que chacun a quelque chose à donner. Pour en savoir plus...
PDF Imprimer Envoyer
Articles 2019 - Edito
Mercredi, 22 Mai 2019 00:00
 

Edito: Bonne fête, Leah

patrice1Abondante est l’actualité de la semaine écoulée, à commencer par les votations du week-end. Mais je suis tombé en arrêt devant un fait minuscule, négligé par la plupart des médias: le 14 mai, Leah Sharibu a fêté ses 16 ans.
Fêté si l’on peut dire, dans la mesure où elle vit en captivité: en février 2018, cette lycéenne du Nigeria a été enlevée par un groupe islamique affilié à Boko Haram en même temps que 105 autres collégiennes. Toutes ont été relâchées au bout de quelques semaines. Toutes sauf Leah qui a refusé de renier sa foi chrétienne et de se convertir à l’islam.
Très secondaire aux yeux du monde, cette nouvelle m’a fait mal. Parce qu’elle nous jette à la figure d’autres faits récents: les massacres de Pâques au Sri Lanka, bien sûr, et les attentats au Burkina Faso deux jours avant l’anniversaire de Leah. Un commando est entré dans une église en pleine messe, tuant le prêtre et cinq fidèles. Le lendemain, une autre attaque a ciblé une procession mariale. «Ils ont laissé partir les mineurs, exécuté quatre adultes et détruit la statue de la Vierge», confie un témoin.
Le climat se durcit partout. Il n’y aura bientôt plus de coexistence pacifique en Afrique comme il n’y en a déjà plus en Inde, où le nationalisme hindouiste vire au fanatisme. Là, ce sont les chrétiens et les musulmans qui sont visés. Seule éclaircie: la libération définitive d’Asia Bibi, la mère de famille pakistanaise condamnée à mort pour avoir blasphémé contre le Coran (accusation jamais prouvée). Elle a pu s’envoler pour le Canada. Mais cette bonne nouvelle n’en est pas vraiment une pour les chrétiens du Pakistan qui semblent condamnés à fuir pour sauver leur peau.


Elle a refusé de se convertir à l’islam comme ses compagnes.


Ces persécutions n’ont pas toujours une cause religieuse. La plupart du temps, en réalité, la religion n’est qu’une bonne excuse pour «habiller» d’autres revendications, ethniques, politiques ou économiques. Mais le savoir n’enlève rien à la souffrance des victimes ni au risque de dérapage dans une guerre des civilisations.
J’admire le courage d’une adolescente comme Leah, qui a dit non à ses ravisseurs quand ses compagnes cédaient à leurs exigences. Aurais-je sa foi, aurions-nous la solidité nécessaire pour résister au chantage? Qui nous donnera cette force, le moment venu?
Dans un enregistrement envoyé au président du Nigeria, au mois d’août, elle demandait d’aider sa famille et terminait en disant: «Aidez-moi à sortir de cette situation difficile. Je vous supplie de me traiter avec compassion». Triste message.
Nous te souhaitons bon anniversaire, Leah, en espérant que, là où tu es, tu saches qu’on pense à toi.

Mise à jour le Mercredi, 22 Mai 2019 14:56
 

 unpluspourtous

Cette semaine

2019-35-sommaire 

 

archives-2019

 




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1202 Genève. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch