ecovoiturage-upper

news menu left
top news photography Les portraits de Dame Helvetia

Homo Helveticus. L’homme helvétique. Un titre qui sonne comme le nom d’une espèce disparue au paléolithique. Ou qui évoque la quête d’un individu plus complexe qu’il n’y paraît derrière son air statufié. C’est cette piste qu’a suivie Didier Ruef sans trop savoir où elle le mènerait. Elle ressemble à un labyrinthe identitaire entre Alpes, Plateau et Jura, de Chiasso à Bâle en passant par Euseigne, Engelberg et l’inévitable prairie du Grütli. Un parcours de trente ans, de 1987 à 2017, pas si fléché que cela. Pour en savoir plus...
PDF Imprimer Envoyer
Articles 2018 - Edito
Jeudi, 16 Août 2018 00:00
 

Edito: Le règne de la laideur

patrice2Des parois vitrées verdâtres et un toit plat qui avance comme une visière soutenue par des colonnettes peintes en rouge: ce pourrait être un garage, c’est la Banque cantonale d’une ville du Plateau suisse.
Peu importe laquelle, car le tableau se répète ailleurs, je l’ai constaté lors de mes pérégrinations cet été. La population augmente, la Suisse a de l’argent, donc elle bâtit. N’importe comment.
Je ne parle pas des campagnes rongées par les zones villas, mais des petites villes et des gros villages devenus bourgades: une place pavée, une fontaine et quelques restaurants aux volets peints et aux longs toits penchés rappellent ce qui fut le centre de la vie locale. Autour, les commerces, les banques et les bureaux s’entassent dans des blocs de béton sans âme ni visage.
Attention: je ne suis pas un défenseur du «style chalet», et je peux citer des constructions contemporaines qui anoblissent les rues qui les accueillent. Le problème existe aussi dans les grandes villes qui ont des urbanistes, des PAD (plans d’aménagement de détail) et des associations de défense du patrimoine. Mais il me semble particulièrement fort dans les petites villes soumises au diktat des promoteurs, des bureaux d’architectes et des caisses de pension qui financent n’importe quoi.


Il vit dans un foutoir architectural en rêvant au chalet de Heidi.


J’exagère? «Le paysage bâti est menacé par la cons­truction sauvage, il est appauvri par les zones industrielles et les agglomérations privées de toute qualité architecturale. La culture de la construction a été marginalisée au profit de critères économiques et techniques», disait Isabelle Chassot, directrice de l’Office fédéral de la culture, dans le Giornale del Popolo du 30 avril. Présente à Lugano pour un congrès sur la Baukultur, elle avait eu ce jugement lapidaire: «Nous sommes confrontés à une forte banalisation du paysage bâti en Suisse».
Je ne suis donc pas le seul à m’inquiéter. Son Office participe d’ailleurs à une vaste enquête qui confirme la prédilection des Suisses pour la maison individuelle et leur rejet des immeubles et des quartiers urbains… dans lesquels logent pourtant la plupart d’entre eux*. En clair, ce pays souffre d’un déni de réalité: il vit dans un foutoir architectural en rêvant au chalet de Heidi et de son grand-père.
Que faire? Les experts d’Isabelle Chassot se méfient des grands projets à la Corbusier, qui voulait raser le centre de Paris et y planter des tours. En Suisse, on n’aime pas que l’Etat se mêle de tout. Mais ne rien faire, c’est laisser se répandre le règne de la laideur. Dommage.

Mise à jour le Jeudi, 16 Août 2018 07:56
 

Cette semaine

2018-50-Sommaire 

 

archives-2018

 

Tablette Amigo




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1211 Genève 7. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch