ecovoiturage-upper

news menu left
top news photography France: «Je me suis trompé de Coran, d’islam et de Dieu»

Farid Abdelkrim était un jeune de banlieue fasciné par les Frères musulmans. Il est aujourd’hui un humoriste reconnu qui s’engage pour un autre islam, un autre rapport à la religion. Né en 1967 à Nantes, dernier d’une famille de cinq garçons, Farid Abdelkrim a été pendant quinze ans membre des Frères musulmans. Il aurait pu basculer dans la violence. Il admet aujourd’hui qu’il «s’est planté». En 2015, il a publié Pourquoi j’ai cessé d’être islamiste. Farid est toujours croyant, mais il a retrouvé sa liberté. Pour en savoir plus...
PDF Imprimer Envoyer
Articles 2018 - Edito
Mercredi, 04 Juillet 2018 00:00
 

Edito: semer des graines

GenevièveIl y a des chrétiens qui se trompent d’époque. Ils se récrieront s’ils lisent l’article publié en pages 38-39 de ce numéro. Pointant un doigt accusateur sur les médias qui, inévitablement, soulignent ce qu’il faut taire et taisent ce qu’il faut souligner.

N’importe, la visite du pape François à Genève a suscité une énorme vague de générosité et une formidable espérance. Au plan œcuménique d’abord: le pape est venu en pèlerin célébrer les 70 ans du Conseil œcuménique des Eglises, et c’est un signe fort. Pour les catholiques de Suisse ensuite qui – n’en déplaise à certains esprits chagrins – ont vécu, lors de la messe à Palexpo, un moment de communion intense.
Oui, des protestants ont communié ce jour-là. D’autres aussi, à la foi chancelante ou ravivée, après des années de léthargie, par cet événement. N’y mettant pas toujours les formes, sans doute. Mais emportés dans un élan de générosité et portés par les nombreux fidèles présents. On peut espérer que ce geste leur aura redonné le goût de Dieu.
On peut aussi regretter ce «joyeux mélange», penser que l’eucharistie est si sainte qu’elle est réservée à une élite – l’Eglise a ses propres règles en la matière qui tranchent entre ceux qui sont «dignes» et les autres. C’est juger les intentions du cœur et exclure pour préserver de toute contamination un troupeau de plus en plus petit qui fait le bonheur de prêtres célébrant en vase clos.


Il y aura toujours des règles. Et l'urgence d'évangéliser jusqu'aux périphéries.


 Et oublier que Vatican II est passé par là, qui a ouvert les fenêtres, redonné toute sa place à la conscience – une conscience éclairée par la Bible et la Tradition – et au peuple de Dieu. Dès lors, le fidèle n’est plus un mouton qui suit des consignes pour ne pas se perdre, il est un homme, une femme responsable qui prend des décisions à la lumière de la Parole de Dieu. Il n’attend plus qu’on lui dise ce qu’il doit faire – et ce qu’il ne doit pas faire –, il réfléchit avec d’autres, prêtres et laïcs, au meilleur chemin à emprunter pour rejoindre le monde.
Car l’enjeu est là: rejoindre nos contemporains au cœur de leurs questions existentielles pour tracer avec eux un chemin. Non, l’Eglise n’est pas faite pour elle-même, pour conforter un petit reste dans sa bonne conscience! Elle est faite pour le monde. Tel qu’il est. Avec ses aspirations au bonheur qui souvent passent par des sentiers escarpés, des gestes maladroits, des paroles hésitantes. Elle est faite pour semer des graines d’Evangile au cœur des contradictions de nos sociétés.
Il y aura toujours des règles. Et l’urgence d’évangéliser jusqu’aux périphéries. Etre chrétien, à l’heure du pape François, c’est conjuguer les deux, faire le grand écart.

Mise à jour le Mercredi, 04 Juillet 2018 15:36
 

Cette semaine

2018-37-sommaire 

 

Freeman-2

 

colosse campagne_echo_2018

 

archives-2018

 

Tablette Amigo




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1211 Genève 7. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch