ecovoiturage-upper

news menu left
top news photography France: «Je me suis trompé de Coran, d’islam et de Dieu»

Farid Abdelkrim était un jeune de banlieue fasciné par les Frères musulmans. Il est aujourd’hui un humoriste reconnu qui s’engage pour un autre islam, un autre rapport à la religion. Né en 1967 à Nantes, dernier d’une famille de cinq garçons, Farid Abdelkrim a été pendant quinze ans membre des Frères musulmans. Il aurait pu basculer dans la violence. Il admet aujourd’hui qu’il «s’est planté». En 2015, il a publié Pourquoi j’ai cessé d’être islamiste. Farid est toujours croyant, mais il a retrouvé sa liberté. Pour en savoir plus...
PDF Imprimer Envoyer
Articles 2018 - Edito
Mercredi, 09 Mai 2018 00:00
 

Edito: Il faut un coupable

patrice5

Ce drame m’a poursuivi pendant toute la semaine. Me réveillant la nuit, je m’imaginais creusant un trou dans la neige pour mettre mes amis à l’abri du vent et de la neige. Samedi encore, lors d’une assemblée du Club alpin, la question a été posée: que faire si une tragédie semblable devait frapper certains d’entre nous?
Je fais évidemment allusion au drame d’Arolla: dans la nuit du 29 au 30 avril, quatorze skieurs ont été pris dans une tempête de foehn. Ils ont erré pendant des heures dans le brouillard avant de se blottir au milieu des rochers dans le vain espoir de se protéger du vent. Sept personnes sont mortes de froid et d’épuisement, dont le guide âgé de 59 ans, un Italien qui vivait à Chiasso, au Tessin, et sa femme de 52 ans. Et cinq autres clients de ce guide engagé pour les conduire de Chamonix à Zermatt, la Haute Route classique.
Devaient-ils mourir ? Une semaine après le drame, la question enfle et le guide est sous le feu des critiques. Dans la NZZ am Sonntag, un des Italiens survivants, Tommaso Piccioli, affirme que le guide n’avait pas de GPS, qu’il s’est perdu plusieurs fois et qu’à un moment donné Piccioli (qui avait un GPS) lui a dit: «Je ne te suis plus, mais tu peux me suivre ». Il a pris la tête du groupe, qui s’est trouvé bloqué sur une arête. Ils étaient tout près de la cabane des Vignettes, mais incapables d’avancer.
Toute la semaine, j’ai été frappé par l’emballement des rumeurs et des informations contradictoires. Le 2 mai, par exemple, le Corriere del Ticino citait un membre de la colonne de secours du Tessin qui disait: «Ce guide, je lui aurais confié ma vie sans hésiter. C’était le guide avec un G majuscule!». Dans la presse du week-end, par contre, il apparaissait comme un incompétent.


On veut bien se faire peur, mais en étant sûr d’arriver.


Des journalistes interpellent le président des guides suisses pour demander s’il est permis de prendre autant de clients: ne faudrait-il pas limiter les groupes? Exiger la maîtrise du GPS et d’autres outils de pointe? Mais personne ne s’interroge sur le degré d’autonomie et la compétence des participants.
Je me garde de juger une situation encore mal connue. Je sais seulement que si le guide avait trouvé la cabane, tout le monde aurait trouvé cela normal. Il a échoué et il passe pour un malfaiteur.
Dans un cas comme dans l’autre, l’idée est que la montagne doit être sous contrôle. Au besoin en multipliant les règles, les interdictions et le recours à la technique.
On veut bien se faire peur, mais en étant sûr d’arriver. Comme si l’erreur n’était toujours possible. Comme s’il fallait toujours un coupable.

Mise à jour le Mercredi, 09 Mai 2018 12:04
 

Cette semaine

2018-37-sommaire 

 

Freeman-2

 

colosse campagne_echo_2018

 

archives-2018

 

Tablette Amigo




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1211 Genève 7. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch