ecovoiturage-upper

news menu left
top news photography France: «Je me suis trompé de Coran, d’islam et de Dieu»

Farid Abdelkrim était un jeune de banlieue fasciné par les Frères musulmans. Il est aujourd’hui un humoriste reconnu qui s’engage pour un autre islam, un autre rapport à la religion. Né en 1967 à Nantes, dernier d’une famille de cinq garçons, Farid Abdelkrim a été pendant quinze ans membre des Frères musulmans. Il aurait pu basculer dans la violence. Il admet aujourd’hui qu’il «s’est planté». En 2015, il a publié Pourquoi j’ai cessé d’être islamiste. Farid est toujours croyant, mais il a retrouvé sa liberté. Pour en savoir plus...
PDF Imprimer Envoyer
Articles 2018 - Edito
Mercredi, 28 Février 2018 00:00
 

Edito: Quand le Valais s'éveillera

patrice8

Les Jeux sont morts, vive les Jeux! Dans quelques mois en effet se jouera une partie décisive pour la Suisse: le 10 juin, le Valais votera sur la candidature de Sion aux Jeux olympiques de 2026. Et la partie est mal emmanchée. Dans certains médias romands, c’est même la curée: la flamme allumée par Pirmin Zurbriggen au sommet du Cervin est qualifiée par le dernier Illustré de «flop sans précédent», «d’initiative imbécile», d’idée «naze». Même Le Nouvelliste parle d’«occasion manquée».
Il est vrai que ce vilain bidon d’essence transporté par hélico sur un sommet immaculé cadrait mal avec des Jeux propres et verts. S’y ajoute la distribution dans un CO de foulards favorables à Sion 2026, qualifiée de «procédé démocratiquement inacceptable» par des opposants qui cherchent la petite bête. Ceux-ci surfent sur la vague négative comme les snowboardeurs sur les bosses de PyeongChang: dans un sondage Tamedia début février, seul un tiers des Suisses disaient oui ou plutôt oui à Sion 2026.
D’après ces experts autoproclamés, l’idée même des Jeux ne passerait plus au sein de la population. Faut-il donc remballer drapeaux, sonnailles et le fendant mis au frais pour le 10 juin?
Parlons écologie: bien avant ce débat, l’Echo Magazine a consacré un numéro à ce que l’économiste américain Andrew Zimbalist appelle «la malédiction du vainqueur»: toutes les villes qui ont gagné les Jeux se sont retrouvées avec des dettes gigantesques, des infrastructures surdimensionnées ou inutilisées et de gros dégâts écologiques.


Ceux qui jouent la retirette avant que le match ait commencé.


 Les faits sont là, les chiffres aussi. Je ne les conteste pas, et ce sont justement les erreurs que Sion 2026 peut et doit éviter. Mais pour cela, il faut oser.
La magie des Jeux ensuite: je regarde peu la télé, mais certaines images venues de Corée étaient fabuleuses. Je pense à ces skieurs qui s’éclataient dans des acrobaties invraisemblables, tombant comme des quilles avant de s’embrasser dans l’aire d’arrivée comme des gamins en fête. Et que dire du patinage artistique, de ces instants de grâce à couper le souffle, des sourires et des larmes vécus en direct. Les Jeux sont faits d’abord pour ces athlètes qui tutoient l’absolu. Pour eux surtout, il faut y croire.
Les Jeux d’hiver doivent se réinventer et Sion 2026 est une bonne occasion de le faire. Si le CIO accepte ce projet, tant mieux, sinon qu’il se débrouille. Les Valaisans auront la fierté d’avoir essayé. Ce sont eux qu’il faut encourager, pas ceux qui jouent la retirette avant que le match ait commencé.

Mise à jour le Mercredi, 28 Février 2018 17:34
 

Cette semaine

2018-37-sommaire 

 

Freeman-2

 

colosse campagne_echo_2018

 

archives-2018

 

Tablette Amigo




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1211 Genève 7. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch