news menu left
top news photography Les autres touristes: quelle plaie!

«Le drame, dans le tourisme, ce sont les autres touristes», sourit Yann Laville, codirecteur du Musée d’ethnographie de Neuchâtel (MEN). Et effectivement, on est toujours le touriste d’un autre, en témoigne la nouvelle exposition temporaire du musée. Intitulé Le mal du voyage, cet intrigant parcours surfe sur les ambiguïtés pour mieux prendre de la distance par rapport à nos rêves, itinéraires et pratiques touristiques. Un véritable voyage dans nos voyages. «Nous avons voulu réfléchir autour des imaginaires liés au tourisme et aux vacances, explique son collègue Grégoire Mayor. Comment on se confronte à ces imaginaires, comment on les reproduits et comment on souhaite, en même temps, s’en libérer.» Pour en savoir plus...
Articles 2014 - A la Deux
Mercredi, 20 Août 2014 00:00

Point chaud

 

Le Vatican va-t-en-guerre?

 

Devant la crise qui secoue l’Irak et menace de balayer les minorités chrétienne et yesidi, des voix de l’Eglise catholique demandent l’intervention par les armes. Un fait rarissime.

2014-34-08A

Le pape François s’est adressé par lettre le 9 août au secrétaire général de l’ONU Ban Kimoon pour lui demander de «tout faire» pour protéger les minorités religieuses du nord de l’Irak des violences de l’Etat islamique. Le même jour, son représentant auprès des Nations unies à Genève, Mgr Silvano Tomasi, déclarait qu’une intervention armée était «nécessaire pour arrêter l’avancée des djihadistes en Irak». Il faut «intervenir maintenant, avant qu’il ne soit trop tard», a-t-il répété sur Radio Vatican.

Même les évêques suisses?

La semaine dernière, le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, a évoqué la «couverture militaire d’une aide humanitaire». Le président des évêques suisses, Mgr Markus Büchel, s’est dit prêt à imaginer la livraison d’armes à ceux qui combattent l’Etat islamique et la Conférence des évêques de France a déclaré qu’il y avait «une urgence décuplée à venir en aide [aux minorités], y compris par l’usage de la force».

Et en Irak?

Les Etats-Unis ont commencé leurs frappes aériennes sur les positions de l’Etat islamique le 8 août. Mais le patriarche chaldéen, Mgr Louis Sako, s’est dit déçu par la stratégie américaine qui ne consiste qu’à protéger la ville d’Erbil, capitale du Kurdistan irakien, sans tenter de libérer Mossoul et la plaine de Ninive des islamistes, et par le manque de coordination de l’aide humanitaire internationale.

C’est nouveau?

Il est rare que la diplomatie vaticane prône l’usage de la force pour résoudre un conflit. Même si la «guerre juste» existe dans la doctrine catholique – pour protéger les populations civiles et quand tous les autres moyens ont été puisés –, depuis les années 1960, «la guerre froide et la dissuasion nucléaire avaient monopolisé l’attention de l’Eglise», analyse dans La Vie le politologue François Mabille. Une seule exception: en 1993, Jean Paul II avait demandé une «intervention humanitaire» en Bosnie. Mais il s’était fermement opposé à l’invasion américaine de l’Irak en 2003. Et en 2013, le pape François avait fait prier les catholiques du monde entier pour éviter une intervention en Syrie. Pour le politologue, il s’agit donc «d’une morale de l’extrême urgence».

Des combattants chrétiens?

Certains chrétiens n’ont pas attendu les déclarations de ces derniers jours pour prendre les armes. L’édition du Courrier de vendredi révélait qu’un Tessinois de 32 ans, Johan Cosar, originaire du sud de la Turquie et sergent dans l’armée suisse, combat actuellement dans une milice syriaque aux côtés des Kurdes. «En voyant la situation de mon peuple, je n’ai pas hésité une seconde à venir ici», raconte le jeune homme, arrivé en juin 2012 en Syrie pour filmer la lutte des minorités chrétiennes. Son cas n’est pas isolé: une quarantaine de jeunes Européens d’origine syriaque se battraient actuellement contre les djihadistes en Syrie.

Christine Mo Costabella

 

 90ans

Cette semaine

2020-08-sommaire 

 

articles-2020

 

 unpluspourtous




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1202 Genève. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch