news menu left
top news photography Les autres touristes: quelle plaie!

«Le drame, dans le tourisme, ce sont les autres touristes», sourit Yann Laville, codirecteur du Musée d’ethnographie de Neuchâtel (MEN). Et effectivement, on est toujours le touriste d’un autre, en témoigne la nouvelle exposition temporaire du musée. Intitulé Le mal du voyage, cet intrigant parcours surfe sur les ambiguïtés pour mieux prendre de la distance par rapport à nos rêves, itinéraires et pratiques touristiques. Un véritable voyage dans nos voyages. «Nous avons voulu réfléchir autour des imaginaires liés au tourisme et aux vacances, explique son collègue Grégoire Mayor. Comment on se confronte à ces imaginaires, comment on les reproduits et comment on souhaite, en même temps, s’en libérer.» Pour en savoir plus...
PDF Imprimer Envoyer
Articles 2014 - Edito
Jeudi, 25 Septembre 2014 00:00
 


Edito: Lucidité politique

thibaut

La campagne des élections fédérales d’octobre 2015 a commencé. Christian Levrat l’a embouchée avec une myopie analytique qui revient à commettre une erreur politique. Pour le président du PS, l’UDC serait un parti «à tendances fascistoïdes». L’accusation est ancienne. Depuis 1945, des sentinelles de la démocratie à l’ADN plus policier que citoyen guettent le retour de la bête immonde. Pourtant écrasé à Berlin, le fascisme avancerait désormais en rampant. Proliférant sur la crise de la zone euro, il afficherait aujourd’hui son faciès décomplexé. Au point de s’être redressé. Malicieusement vêtu d’autres habits que le cuir luisant de sang des Waffen SS. Blocher porte-t-il des bottes comme Himmler?

S’il connaît ses classiques, Monsieur Levrat devrait savoir, Marx l’a dit, que l’histoire ne se répète jamais. Tout au plus balbutie-t-elle. Certains aiment rejouer la partition d’horreur des années 1930-1940. Peut-être s’imaginent-ils armes à la main face aux chemises brunes déboulant sur la Place fédérale ou sur les Champs-Elysées. Mais hormis des agents de la circulation faisant le salut romain, il n’y avait pas un chat sur la grande avenue parisienne quand les troupes de Hitler ont conquis la France. Et la Suisse est le pays germanophone où les nazis ont compté le moins de sympathisants; il y en avait bien plus à Vichy, en Croatie ou à Buenos Aires.


Sous le coup d'éclat verbeux gît l'aveu d'impuissance.


Certes, chacun a ses démons et l’anachronisme est perturbant. Nous n’en sommes pas moins en 2014 et nier la réalité en la travestissant ne sert à rien. «Mal nommer les choses, c’est ajouter du malheur au monde», déplorait Albert Camus. Un langage imprécis révèle une confusion de l’esprit. Sous le coup d’éclat verbeux gît l’aveu d’impuissance. De ce point de vue, Monsieur Levrat n’est pas seul. Tous les partis sont dans le cirage émotionnel, n’ayant toujours pas trouvé de parade forte, efficace et raisonnée à la machine de guerre électorale blochérienne.

Seulement voilà, on attend mieux du socialiste fribourgeois, par ailleurs chrétien. En prenant en otage le patriotisme pour le dénaturer en nationalisme exclusif, l’UDC a vendu son âme à Mammon tout en s’ingéniant à instiller la méfiance et le mépris dans le délicat tissu confédéral. C’est déjà beaucoup; ça n’en fait pas pour autant un avatar du fascisme.

Xénophobe, démagogue, ultralibéral, grossier, égoïste, tapageur, parfois délirant, oui! Rien que pour ces raisons, l’UDC est le parti le moins constructif de notre histoire, mais il émane aussi de notre réalité. Douloureux paradoxe. D’une certaine façon, c’est pire que si un Mussolini milliardaire avait franchi les Alpes pour planter son drapeau à Zurich. Avec vue sur le lac tel un caudillo confit d’autosuffisance.

Mise à jour le Jeudi, 25 Septembre 2014 12:54
 

 90ans

Cette semaine

2020-08-sommaire 

 

articles-2020

 

 unpluspourtous




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1202 Genève. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch