news menu left
top news photography Promettre la chasteté, et après?

«C’était facile au séminaire: on se lançait des vannes, on plaisantait sur le sujet. Mais on était portés par une ambiance de camaraderie. Ensuite, on se retrouve seul dans le ministère! La sexualité, c’est toute une vie. On ne peut pas dire à 22 ans: ‘Ça y est, je suis chaste’. Il faut un processus d’accompagnement», estime Maxime Morand, qui a quitté le sacerdoce après cinq ans pour se marier, en 1986. Il a travaillé par la suite dans les ressources humaines et regrette que l’Eglise n’ait pas, comme toute grande entreprise, une instance de régulation externe. Pour en savoir plus...
PDF Imprimer Envoyer
Articles 2012 - Edito
Jeudi, 06 Décembre 2012 00:00
 

Edito: le temps des secrets

patrice8

 Je vois encore la peau de mouton et la couverture tissée de fils de cuivre que nous devions mettre sous le lit «pour être protégés des ondes mauvaises». Et j’entends la voix aigre du magnétiseur disant que j’avais l’esprit mal tourné et que, «avec vous, ça ne peut pas marcher». Ainsi s’était achevé mon premier contact avec le monde des guérisseurs. A l’époque, je ne savais pas que tout dans la vie est miracle. Mais j’avais économisé plusieurs centaines de francs.
J’y ai repensé en apprenant que Magali Jenny a vendu 55’000 exemplaires de son livre sur les guérisseurs de Suisse romande. Un phénomène éditorial inouï! Elle vient de remettre ça avec un nouveau guide qui contient 230 adresses: brûlures, eczémas, verrues, dépressions, hémorragies et autres bobos peuvent être soignés grâce aux «secrets» des guérisseurs. Le plus sérieusement du monde, l’ethnologue diplômée transcrit ces confidences qui parlent d’«êtres de lumière», d’énergies vibratoires et de «médecine spirituelle». Magali Jenny affirme que ces pratiques sont mieux tolérées par le milieu médical – il est vrai que les médecines alternatives ont fait une percée fulgurante, que les chamans sont à la mode et que la médecine officielle reconnaît de plus en plus la force du psychisme. Si ces gens font du bien, pourquoi ne pas en profiter?


Les anges de la crèche ne vous veulent que du bien.


Il y a pourtant un «mais», exprimé par l’abbé Alain Chardonnens, vicaire général du diocèse: «Quand on parle de forces supérieures ou d’identités, sait-on vraiment de quel côté elles se situent?», demandait-il dans La Liberté du 14 novembre. Rappelant que Satan a parfois le visage d’un ange, il déclarait que les guérisseurs peuvent «lui ouvrir la porte».
Son intervention a été appréciée, mais pas partout. Dans la même Liberté, un philosophe faisait remarquer que le démon, s’il existe, ne peut pas faire le bien. De mon côté, je ne me prononcerai pas sur les tactiques du diable. Mais le recours à des forces «magiques» ne m’étonne pas: privé de Dieu, l’homme moderne n’en est pas moins dépourvu face à la souffrance et à la mort.
Les guérisseurs ont donc de beaux jours devant eux. Il faudra les garder à l’œil, car les arnaques sont possibles, les dérapages aussi. Mais il y a là un besoin qu’il faut entendre. Les Eglises – les protestants sur ce point ne sont pas en reste – ont toujours cru à la force thérapeutique de la prière. L’intercession des anges et des saints est un peu oubliée par la catéchèse, mais elle fait partie de la grande tradition chrétienne.
Alors je vais vous dire un «secret»: en ce temps de Noël, n’hésitez pas à demander ce qui vous est le plus cher. Les anges de la crèche ne vous veulent que du bien et, en plus, c’est gratuit!

Mise à jour le Jeudi, 06 Décembre 2012 09:56
 

 90ans

Cette semaine

2020-09-sommaire 

 

articles-2020

 

 unpluspourtous




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1202 Genève. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch