news menu left
top news photography Les autres touristes: quelle plaie!

«Le drame, dans le tourisme, ce sont les autres touristes», sourit Yann Laville, codirecteur du Musée d’ethnographie de Neuchâtel (MEN). Et effectivement, on est toujours le touriste d’un autre, en témoigne la nouvelle exposition temporaire du musée. Intitulé Le mal du voyage, cet intrigant parcours surfe sur les ambiguïtés pour mieux prendre de la distance par rapport à nos rêves, itinéraires et pratiques touristiques. Un véritable voyage dans nos voyages. «Nous avons voulu réfléchir autour des imaginaires liés au tourisme et aux vacances, explique son collègue Grégoire Mayor. Comment on se confronte à ces imaginaires, comment on les reproduits et comment on souhaite, en même temps, s’en libérer.» Pour en savoir plus...
Articles 2013 - Edito
Jeudi, 14 Novembre 2013 00:00
 


Edito: Larmes de joie

patrice2Depuis plus de vingt ans, novembre coïncide avec les rencontres Prier Témoigner à Fribourg. Et qui dit répétition dit habitude: j’avoue m’être rendu à ce rendez-vous des cathos de Suisse romande sans grandes attentes. Mais l’imprévu était en embuscade et la magie de Prier Témoigner a opéré une fois de plus.

Ce fut d’abord Manon, jeune Fribourgeoise de 26 ans originaire d’une famille «très unie, plutôt de gauche», convaincue de la ringardise des chrétiens. Une nuit de novembre, a-t-elle raconté, Dieu lui a parlé: «A Genève, il y a deux ans, j’ai vécu la nuit la plus incroyable de ma vie. Je suis entrée dans une église, j’ai vu la croix et j’ai pleuré pendant une demi-heure. Des larmes de joie! J’ai prié pendant cinq ou six heures». Depuis, elle a demandé le baptême.

Le Neuchâtelois Silvio est plus intello: famille luthérienne, rejet d’une foi «bonne pour les faibles qui s’inventent un happy end». Il préfère les philosophes, les savants. Un jour, il entre à Notre-Dame de Paris et est retourné par les mots du prédicateur au point d’en avoir les larmes aux yeux. Lui aussi demande le baptême: «Un choix difficile, j’avais tant d’objections! Mais j’ai vécu un moment totalement fou, libérateur».

 


"Il y a deux ans, la nuit la plus incroyable de ma vie.

A Fribourg toujours, un dessinateur de presse a raconté une vie qui l’avait laissé déprimé, au bord du suicide. Il se retrouve devant le Saint-Sacrement: «Ce n’était qu’un symbole pour moi. Mais j’ai senti soudain une présence et j’ai pleuré des larmes de joie pendant vingt minutes au moins. Ce fut une résurrection».

Que de larmes! On pourrait en sourire, mais je m’en garderai bien: il y avait trop de vérité, trop d’émotion dans ces témoignages. Il faut se rendre à l’évidence: Dieu agit parmi nous. Pas hier, dans de belles histoires édifiantes, mais aujourd’hui: des personnes sorties du moule athée ou indifférent dans lequel nous baignons tous disent soudain «Jésus» comme s’il était devant eux. Il est là, indiscutablement là.

Ce fut le témoignage des parents de Chiara Luce, morte à 19 ans d’un cancer et béatifiée en 2010: son «oui» à Jésus est allé jusqu’à la souffrance et la mort, mais elle est morte heureuse. Il y eut enfin la prière émouvante d’une ex-animatrice vedette des télés françaises, Frédérique Bedos. Elle a raconté les paillettes du show-business qu’elle a quitté pour mettre en images des héros du quotidien. A l’écoute du Dieu «exubérant et plein d’imagination, à l’humour incroyable» qui comble désormais sa vie*. Des heures où la foi se fait évidence, se fait joie. Offerte à tous et belle à voir.

Mise à jour le Vendredi, 15 Novembre 2013 14:56
 

 90ans

Cette semaine

2020-08-sommaire 

 

articles-2020

 

 unpluspourtous




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1202 Genève. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch