news menu left
top news photography Les autres touristes: quelle plaie!

«Le drame, dans le tourisme, ce sont les autres touristes», sourit Yann Laville, codirecteur du Musée d’ethnographie de Neuchâtel (MEN). Et effectivement, on est toujours le touriste d’un autre, en témoigne la nouvelle exposition temporaire du musée. Intitulé Le mal du voyage, cet intrigant parcours surfe sur les ambiguïtés pour mieux prendre de la distance par rapport à nos rêves, itinéraires et pratiques touristiques. Un véritable voyage dans nos voyages. «Nous avons voulu réfléchir autour des imaginaires liés au tourisme et aux vacances, explique son collègue Grégoire Mayor. Comment on se confronte à ces imaginaires, comment on les reproduits et comment on souhaite, en même temps, s’en libérer.» Pour en savoir plus...
Articles 2013 - Edito
Jeudi, 10 Octobre 2013 00:00
 


Edito: le coup de fil

patrice2

Au bout du fil, la secrétaire est particulièrement agitée: «J’ai le pape en ligne, je vous le passe immédiatement». Le pape! Aurait-il trouvé le numéro de l’Echo? Non, bien sûr. Cet appel téléphonique était adressé à un grand nom de la presse italienne: Eugenio Scalfari, 79 ans, fondateur en 1976 de La Repubblica, un quotidien qui, par son positionnement, est plus proche de Libération que de l’Osservatore Romano.
Athée déclaré, Scalfari avait soumis au feu de ses critiques la première encyclique du pape François. Celui-ci lui avait répondu en septembre dans une longue lettre publiée dans La Repubblica. Puis il a composé le numéro de Scalfari pour l’inviter à poursuivre cette conversion chez lui, à Sainte-Marthe. Publié le 1er octobre, le texte de l’entretien entre les deux hommes a fait du bruit*. Scalfari fait dire au pape (qui n’a pas relu l’interview) des mots très durs sur la cour pontificale et ses courtisans (voir en page 32). Il insiste sur la réforme que le pape doit entreprendre pour libérer son Eglise du goût du pouvoir, pour la rendre «pauvre et missionnaire» à l’image de François d’Assise

 

 


"Même les enfants se posent ces questions. Et vous?"

 

A un moment donné, raconte Scalfari, le pape se met à l’interroger: «Mais vous qui êtes un écrivain et un intellectuel, à quoi croyez-vous? Vous vous serez demandé comme tout le monde d’où nous venons et où nous allons. Même les enfants se posent ces questions. Et vous?». Il faut reconnaître un certain courage au journaliste qui transcrit sa tentative de réponse: il dit «croire en un Etre qui est un tissu d’énergie chaotique, mais indestructible». Quand l’énergie est «sur le point d’exploser», alors «émergent des formes avec leurs lois, leurs champs magnétiques et leurs composants chimiques qui se combinent par hasard, évoluent et enfin s’éteignent, mais leur énergie reste indestructible». Bref, un discours scientifico-spiritualiste plutôt fumeux, mais répandu aujourd’hui.
Le pape aurait pu en rire, mais il ne l’a pas fait. Il a redit avec des mots simples sa foi en un Dieu père et lumière qui s’est incarné en Jésus-Christ. Tous deux ont convenu ensuite que, dans ce monde, l’égoïsme avait progressé beaucoup plus que l’amour. Et qu’il ne fallait pas de démagogie, mais un effort de tous pour réveiller «une génération qui n’a plus d’espérance, plus de projet, plus d’avenir». «Nous nous reverrons», insistait Scalfari au moment de quitter Sainte-Marthe, à la fois fier de ne pas avoir été converti par le pape et ému par la bénédiction donnée par celui-ci.
Un bel exemple de la pédagogie du pape François: là où le combat idéologique est stérile, la rencontre ouvre le cœur. Car l’homme ne désire rien d’autre, au fond, que de partager sa quête de sens et son désir d’une vie plus humaine.

 

*www.repubblica.it/cultura/2013/10/01/news/papa_francesco_a_scalfari_cos_cambier_la_chiesa-67630792/

Mise à jour le Jeudi, 10 Octobre 2013 11:34
 

 90ans

Cette semaine

2020-08-sommaire 

 

articles-2020

 

 unpluspourtous




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1202 Genève. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch