news menu left
top news photography Les autres touristes: quelle plaie!

«Le drame, dans le tourisme, ce sont les autres touristes», sourit Yann Laville, codirecteur du Musée d’ethnographie de Neuchâtel (MEN). Et effectivement, on est toujours le touriste d’un autre, en témoigne la nouvelle exposition temporaire du musée. Intitulé Le mal du voyage, cet intrigant parcours surfe sur les ambiguïtés pour mieux prendre de la distance par rapport à nos rêves, itinéraires et pratiques touristiques. Un véritable voyage dans nos voyages. «Nous avons voulu réfléchir autour des imaginaires liés au tourisme et aux vacances, explique son collègue Grégoire Mayor. Comment on se confronte à ces imaginaires, comment on les reproduits et comment on souhaite, en même temps, s’en libérer.» Pour en savoir plus...
Articles 2013 - Edito
Jeudi, 19 Septembre 2013 00:00
 


Edito: Raser les "pâquerettes"

patrice7

 

 

Le nom m’avait frappé, trop bucolique pour une prison. Et j’ai retrouvé l’article que l’Echo consacrait au centre de réinsertion genevois La Pâquerette en janvier 2012. Adeline y travaillait déjà, elle qui a été assassinée vendredi par un violeur récidiviste qu’elle accompagnait seule, lors d’une sortie destinée à préparer sa réintégration dans la société. Relire aujourd’hui cet article est cruel: «En 25 ans, nous avons organisé 6381 sorties; il y a eu cinq fuites, mais aucune récidive», disait la directrice, Véronique Merlini. Elle expliquait longuement les objectifs de son centre qui accueille des hommes condamnés à de lourdes peines. Tous ont un dossier psychiatrique épais comme le bras, «des histoires familiales catastrophiques et ils sont souvent consommateurs de produits toxiques». Au lieu de les bourrer de médicaments, la Pâquerette a fait le pari du changement grâce au travail sur soi: les détenus parlent, parlent encore, en groupe et en présence du personnel thérapeutique dont faisait partie Adeline. «Avec le temps, une amélioration psychique globale se remarque. La colère et les sentiments d’humiliation s’estompent, les actes agressifs se raréfient», pouvait-on lire dans l’Echo.

 



 

Tous ont un dossier psychiatrique

épais comme le bras

 


  

 

Imposer des menottes ou la présence d’un policier pendant les sorties n’était pas dans le style de la maison, et La Pâquerette n’en voulait pas. «Il n’y a jamais eu de suicide ni de violence à l’égard du personnel», concluait la directrice Merlini en donnant quelques chiffres: en 25 ans, l’établissement a suivi 128 détenus dont 105 étaient âgés de 21 à 40 ans. L’âge de Fabrice A., qui a violé une première fois à 25 ans et tué à 39 ans, après un an de thérapie à La Pâquerette. Alors? Faut-il se moquer de la «sensiblerie des Romands» et de leur justice fleur bleue, comme on a pu le lire dans la presse alémanique? Faut-il raser les pâquerettes et décréter qu’un violeur récidiviste ne doit plus jamais sortir de prison? Ces derniers mois, plusieurs affaires ont montré la fragilité des expertises psychiatriques et les lacunes du système judiciaire. La psychiatrisation des criminels atteint ses limites et la société doit protéger les siens. Mais le rêve d’une justice punitive, censée purger la société de tous ses criminels, n’est pas moins illusoire (l’histoire de Debra Milke, que nous racontons cette semaine, montre à quels excès aboutit l’impitoyable justice américaine). Demain encore, il faudra regarder le criminel dans les yeux et tenter de le comprendre. Pour lui offrir une chance de retrouver son humanité dans la prison déjà et peut-être dehors, un jour. Adeline y croyait et son combat ne doit pas être abandonné.

Mise à jour le Jeudi, 19 Septembre 2013 16:19
 

 90ans

Cette semaine

2020-08-sommaire 

 

articles-2020

 

 unpluspourtous




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1202 Genève. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch