news menu left
top news photography Les autres touristes: quelle plaie!

«Le drame, dans le tourisme, ce sont les autres touristes», sourit Yann Laville, codirecteur du Musée d’ethnographie de Neuchâtel (MEN). Et effectivement, on est toujours le touriste d’un autre, en témoigne la nouvelle exposition temporaire du musée. Intitulé Le mal du voyage, cet intrigant parcours surfe sur les ambiguïtés pour mieux prendre de la distance par rapport à nos rêves, itinéraires et pratiques touristiques. Un véritable voyage dans nos voyages. «Nous avons voulu réfléchir autour des imaginaires liés au tourisme et aux vacances, explique son collègue Grégoire Mayor. Comment on se confronte à ces imaginaires, comment on les reproduits et comment on souhaite, en même temps, s’en libérer.» Pour en savoir plus...
Articles 2013 - Edito
Jeudi, 22 Août 2013 00:00
 


Edito: hiver copte

thibautComparaison n’est pas raison, dit le dicton populaire. Le «printemps des peuples» européen de 1848 n’est pas celui du «printemps arabe» de 2010. Certes, à l’effusion de la liberté succède la répression dans les deux cas: le maréchal autrichien Joseph Radetzky l’a incarnée autrefois comme le général égyptien Abdel Fattah al-Sissi le fait aujourd’hui. Il existe cependant une foule de différences majeures.
Dans un monde arabo-musulman en crise existentielle profonde, les germes de la liberté ont surtout été récoltés par les islamistes. Le républicanisme démocrate ne séduit pas la rue arabe, le «modèle turc», fait de bric laïc et de broc hanéfite, n’est pas exportable, et le progressisme de la génération Facebook n’est partagé que par des happy few. De fait, les fruits d’une certaine espérance sont désormais gâtés. Avariés par la mouvance des Frères musulmans dont l’arrogance puritaine égale l’incompétence gouvernementale à Tunis, à Tripoli ou au Caire. Ecrabouillés sous la semelle des galonnés qui ont repris la main en Egypte, où l’on cherche en vain un pacificateur magnanime comme le général Dufour. Ailleurs, nul tonitruant Kossuth ou flamboyant Garibaldi ne se profile à l’horizon. Faut-il s’en étonner?
Le retour à l’état d’urgence du temps de Moubarak est la victoire des Metternich actuels, l’Arabie Saoudite en tête, qui se venge de son ennemi qatari, richissime souteneur des Frères. Fin de la récréation: face aux islamistes, dont le projet affiché est la prise totalitaire du pouvoir (qui a décemment pu l’oublier?), l’armée fait office de rempart. C’est l’endiguement dans le sang. La dictature de Pharaons bottés contre le chaos du fanatisme. L’Egypte, qui n’a pas de maquis, ne sera pas l’Algérie du GIA. Et personne ne veut d’une autre Syrie. Pour une fois, les vues des Etats-Unis, de la Russie, de la Chine et de l’Iran convergent.

 


La dictature de Pharaons bottés contre le chaos de fanatisme.

Les convulsions du monde arabo-musulman ne sont pas pour autant terminées. «L’hiver arabe» accélère l’hémorragie des chrétiens locaux. L’Alexandrie cosmopolite de Lawrence Durrell et de Youssef Chahine n’existe plus depuis Nasser – vivante, Dalida ne reconnaîtrait pas son pays natal – et les pieds-noirs se rendent en pèlerinage dans les cimetières algériens. La diaspora libanaise prospère de l’Australie au Canada. L’Irak se vide de ses Chaldéens en silence. En Egypte, les coptes tremblent. Partout, un même dilemme: la valise demain ou le cercueil un jour prochain?
Face à ce désastre humain et spirituel, l’Union européenne, qui a refusé d’inscrire la notion de «racines chrétiennes» dans sa Constitution, s’indigne dorénavant du sort des chrétiens par la voix d’Angela Merkel. On rêve d’une mascarade politique? Le cauchemar continue. Le week-end dernier, une cinquan- taine d’église et d’institutions chrétiennes ont été attaquées et brûlées en Egypte.

Mise à jour le Jeudi, 22 Août 2013 08:47
 

 90ans

Cette semaine

2020-08-sommaire 

 

articles-2020

 

 unpluspourtous




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1202 Genève. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch