news menu left
top news photography Les autres touristes: quelle plaie!

«Le drame, dans le tourisme, ce sont les autres touristes», sourit Yann Laville, codirecteur du Musée d’ethnographie de Neuchâtel (MEN). Et effectivement, on est toujours le touriste d’un autre, en témoigne la nouvelle exposition temporaire du musée. Intitulé Le mal du voyage, cet intrigant parcours surfe sur les ambiguïtés pour mieux prendre de la distance par rapport à nos rêves, itinéraires et pratiques touristiques. Un véritable voyage dans nos voyages. «Nous avons voulu réfléchir autour des imaginaires liés au tourisme et aux vacances, explique son collègue Grégoire Mayor. Comment on se confronte à ces imaginaires, comment on les reproduits et comment on souhaite, en même temps, s’en libérer.» Pour en savoir plus...
Articles 2013 - A la Deux
Jeudi, 22 Août 2013 00:00
 

Point chaud

L'Egypte dans le sang

On déplore des centaines de morts depuis la disparition forcée, au Caire, d'un sit-in pro-Morsi le 14 août. La fracture se creuse entre l'armée et les Frères musulmans. Les coptes sont victimes de représailles.

2013-34-08AMercredi 14 août, les forces de l’ordre égyptiennes ont violemment dispersé un sit-in en faveur du président déchu Mohamed Morsi au Caire, faisant plus de 570 morts (dont des dizaines de policiers) selon les autorités, plus de 2200 selon les Frères musulmans. Le vendredi suivant, des manifestations ont fait plus de 80 morts. Mais le gouvernement a annoncé qu’il ne plierait pas.

Comment en est-on arrivé là?

Le 30 juin, une vague de protestation populaire demandait le départ du président Morsi, issu des Frères musulmans. Elle l’accusait de dérive autoritaire et d’inaction face au marasme économique de l’Egypte. Le 3 juillet, l’armée destituait le président démocratiquement élu un an plus tôt. «Nous sommes à la phase trois de la révolution», analyse Gilles Kepel, spécialiste de l’Islam, dans Le Figaro du 15 août. La première phase était la chute des régimes autoritaires de Tunisie, d’Egypte et de Libye. La deuxième, les élections gagnées par les islamistes, les mieux organisés parmi l’opposition. Dans la troisième phase, les islamistes sont contestés, car ils se montrent incompétents sur les plans économique et social.

Que fait la communauté internationale?

Les chancelleries occidentales ont condamné les violences. Mais les Etats-Unis, qui entretiennent de bonnes relations avec les militaires, disent ne pas vouloir «prendre parti» et ne remettent pas en cause la légitimité du pouvoir actuel. Les pays de la région sont divisés: le Qatar, la Tunisie et la Turquie, favorables aux Frères musulmans, dénoncent avec force l’intervention armée; l’Arabie Saoudite, le Bahreïn et les Emirats arabes unis, qui redoutent les révolutions islamistes, se rangent du côté du régime en place.

La suite?

Après les violences, l’état d’urgence a été réintroduit – faisant craindre un retour de la toute-puissance de l’armée – et le vice-président libéral Mohamed El Baradei a démissionné. Plusieurs observateurs y voient le signe que la répression des Frères musulmans nuit également à la cause des libéraux qui, pour Le Monde, se retrouvent «coincés entre le marteau militaire et l’enclume islamiste». Si certains craignent une guerre civile, d’autres soulignent le trop grand déséquilibre des forces – en faveur de l’armée – pour envisager un tel scénario. Les experts redoutent surtout une longue répression des Frères, habitués à la clandestinité, et la multiplication des «martyrs», rendant toujours plus improbable une solution politique.

 

Et les coptes?

Leur rôle de bouc émissaire s’est accentué depuis la répression des Frères musulmans. Eglises et commerces ont été incendiés par dizaines depuis le 14 août. Les islamistes leur reprochent d’avoir soutenu l’armée contre Mohamed Morsi. «On redoute que les Frères musulmans ne nous fassent payer la facture du sang qui a coulé au Caire», s’inquiète dans La Liberté le Père Ayoub Youssef. Les chrétiens sont des victimes faciles, surtout à la campagne, où les forces de l’ordre sont peu présentes.

Christine Mo Costabella

 

 90ans

Cette semaine

2020-08-sommaire 

 

articles-2020

 

 unpluspourtous




Echo Magazine © Tous droits réservés. Route de Meyrin 12. CH-1202 Genève. Tél +41 22 593 03 03. Fax +41 22 593 03 19 redaction@echomagazine.ch